La Restanque

La restanque


Mur de pierres sèches qui soutient les cultures au niveau supérieur en évitant l’érosion de leur fondation.


Ce site n’a pas d’autre ambition.

 visites


Contes, légendes, fables et historiettes se succèdent dans des situations variées, l’objectif étant, modestement, d’amuser le lecteur afin qu’il retrouve son âme d’enfant.



Discipline :   nouvelles     Parution :  janvier 2020

Format : 120x190 mm     Nombre de pages : 224

ISBN:   978-2-312-07134-3

Aperçu


––––-–-RETOUR––––––-

Pour commander :

Auprès de l’éditeur : www.leseditionsdunet.com

Sur les sites Internet : Amazon.fr, Chapitre.com, Fnac.com, etc.

Auprès de votre libraire habituel

La promesse

Il y avait à Nîmes une jeune fille dont la beauté ne pouvait pas laisser les hommes indifférents. Ses yeux bleus très expressifs attiraient les regards et la sympathie. Quand elle parlait, quand elle souriait, personne ne pouvait résister à son charme.

Elle n’avait pas eu le bonheur de connaître sa mère qui était morte à sa naissance ; aussi, son père, un riche commerçant qui l’adorait, ne pouvait-il rien lui refuser.

Or, comme cela se voit souvent chez les enfants qui sont trop gâtés, la jeune fille avait tendance à ne pas supporter qu’on ne lui accordât pas ce qu’elle désirait.

Se considérant comme absolument parfaite, elle exigeait que tout, autour d’elle, le fût également. Elle n’hésitait pas à refuser les cadeaux qui n’étaient pas parfaitement emballés, ou les fruits qui présentaient quelque imperfection dans leur couleur !

Quand elle eut l’âge de se marier, il ne se trouva aucun jeune homme qui pût lui convenir, car aucun n’était exempt de défaut, même le plus insignifiant.

Son père aurait bien voulu pourtant qu’elle se marie. Un jour, alors qu’il lui disait qu’il se faisait vieux et qu’il aurait tant désiré, avant de mourir, avoir la joie d’être grand-père, elle lui dit comme une promesse :

— J’épouserai celui qui m’apportera… euh… des « bananes bleues » !

Des bananes bleues ! Il n’y avait pas lieu de se réjouir de cette condition, car il était persuadé que les bananes bleues n’existaient pas.

Tout de même, il fit annoncer, dans toute la ville de Nîmes et au-delà dans la région, que le jeune homme qui apporterait à sa fille des bananes bleues, de la couleur de ses yeux, l’épouserait le jour même.

Nombreux furent ceux qui partirent à la recherche de ces bananes avec l’espoir de devenir le gendre du riche commerçant. Mais comprenant que les bananes bleues étaient impossibles à trouver, la plupart des prétendants abandonnèrent leur recherche.

Seuls trois jeunes hommes décidèrent de tenter tout de même leur chance.