La Restanque

La restanque


Mur de pierres sèches qui soutient les cultures au niveau supérieur en évitant l’érosion de leur fondation.


Ce site n’a pas d’autre ambition.

 visites


Libre opinion


Proverbes réunionnais où le bon sens et l’humour créoles se marient pour notre plaisir

A vous de les interpréter


Aforstan koupé, lo dan la si i arive kasé. - A force de couper, la dent de la scie finit par casser

I done aou in plas pou akokiyé, rode pa pou alonzé. - Si on te donne une place pour être accroupi, ne cherche pas à t’allonger

Ou ginÿ alime do fé, e ou trouve pa do lo pou étène ? - Tu peux allumer un feu, et tu ne trouve pas d’eau pour l’éteindre?

Marmay dan pagne i amonte pa vié moun - La marmaille dans son pagne n’en démontre pas aux aînés

Ek in brin la pay i anbare pa in bra d’rivièr - Avec un brin de paille, on ne barre pas un bras de rivière

Fo angrès koson pou mië piké - Il faut engraisser le cochon pour mieux le tuer

In gazon d’ri i anprète pa. - Un peu de riz ne se prête pas

Tanbour i fé dézord mé la pa li i antand’ plï loin. - Le tambour fait du bruit, mais il ne s’entend pas très loin

I fo apiye sï pié gosh pou lève pié droit’ - Il faut appuyer sur le pied gauche pour lever le pied droit

Avan l’èr la pa l’èr, apré l’èr la pï l’èr. - Avant l’heure ce n’est pas l’heure, après l’heure ce n’est plus l’heure

Si ou vé sote loin, arkïle loin. - Si tu veux sauter loin, recule loin

La rivièr i armonte pa zhiska son sours. - La rivière ne remonte pas jusqu’à sa source

ln bon balans i pansh ni a droit ni a gosh. - Une bonne balance ne penche ni à droite ni à gauche

Balèye dovan out port, avan ogarde la salté dovan la port out voizin. - Balaye devant ta porte, avant de regarder la saleté devant la porte de ton voisin

Baramine i tranb pa dovan rosh - La barre à mine ne tremble pas devant la roche

In fanm san mari, sé in kour san baro. - Une femme sans mari, c’est une cour sans portail

Pa bezoin la pèr bef par la bav. - Pas besoin d’avoir peur de la bave du bœuf

Gro poison i bèke sï lo tar. - Le gros poisson mord sur le tard

Fèy do boi la fini sek, pa bezoin kou d’van pou zhète atèr. - Le feuilles d’arbre finissent sèches, pas besoin d’un coup de vent pour les jeter à terre

In bienfé lé zhamé perdï - Un bienfait n’est jamais perdu

Zavèg i zhoué pa biyar. - Les aveugles ne jouent pas au billard

Lo kèr i pans’, lo boush pa blizhé di. - Ce que le cœur pense, la bouche n’est pas obligé de le dire

Bon marshé i koute shèr. - Ce qui est bon marché coûte cher

Zafèr boudin la pa zafèr sosis - Les affaires du boudin ne sont pas les affaires de la saucisse

Mète bourik ek kariol, li kroi ali sheval. - Mettre l’âne à la carriole, lui fait croire qu’il est un cheval

Ek la boush kosa i fé pa ? - Avec des paroles qu’est-ce qu’on ne fait pas ?

Flèr flétri i zhïre bouton flèr. - La fleur flétrie insulte le bouton de fleur

Si in bouzhi i ïze pa li éklère pa  - Si une bougie ne s’use pas, c’est qu’elle n’éclaire pas

Sak i bate tanbour, la pa li ki danse. - Celui qui bat du tambour n’est pas celui qui danse

In kouyon lé danzéré. - Un imbécile est dangereux

Dire ek fèr, sé dé. - Dire et faire, ça fait deux

Dann gran débi i rode pa la pert’. - Dans un grand débit ne cherche pas la perte

Do vin déboushé ou la pa fini : do vin san tardé pou égri. - Le vin débouché que tu n’as pas fini, c’est du vin qui s’aigrit sans tarder

Péi déor, toul’moun lé famiy. Les créoles hors de la Réunion sont tous de la même famille

Dernié i goute la sos. - Le dernier goûte la sauce

Destin la montanÿ sé fini dan la mer. - Le destin de la montagne c’est de finir dans la mer

Promès sé dèt. - La promesse est une dette

Pou diskïte ek out bourik, i fo été bourik ou-mèm. - Pour discuter avec ta bourrique, il faut que tu sois bourrique toi même

Sak la koni la maladi, pa bezoin doktèr pou li. - Celui qui connaît sa maladie n’a pas besoin de docteur

Ou manze do zef, ou koné pa doulèr poul-la. - Tu manges des œufs, tu ne connais pas la douleur de la poule

Sak i anserve long’-vi i agarde po dovan li - Celui qui observe avec une longue-vue ne regarde pas devant lui

Pa kapab lé mor san éséyé. - L’incapable est mort sans essayer

Dann in sak sharbon i tire pa la farine. - D’un sac de charbon, on ne tire pas de la farine

Fay-fay i tié gro bèf. - La fatigue a tué le gros boeuf

Do lo i étène do fé, do fé i fé sek do lo. - L’eau éteint le feu, le feu fait sécher l’eau

La poin d’zhourné plï gayar ki fini pa dann fénoir. - Il n’y a pas de journée plus agréable qui ne finisse pas dans l’obscurité

Tro tar pou sère la fès lerk ou la fini kaka dann kïlot. - Il est trop tard de serrer les fesses lorsque tu as fini de faire caca dans ta culotte

Ogarde pié d’boi si son fri pa si son fèy. - Regarde l’arbre à ses fruits et pas à ses feuilles

Vandèr la fimé panié lé doré. Le vendeur de fumée, son panier est doré

La nuit’ pa bezoin flanbo pou klère la figuir out’ sien. La nuit, pas besoin de flambeau pour éclairer la figure de ton chien

La mor in foi. - On ne meurt qu’une fois

Di pa.. «Fontène zhamé ma boire ton lo». - Ne dites pas : « Fontaine jamais je ne boirai de ton eau »

Invite siklone out kaz, sé kas’ out’ pié fouyapin. - Inviter le cyclone dans notre case, c’est casser notre arbre à pains

Serman lé parey do zef : la poin rien lé plï frazhïl. - Un serment est pareil à un œuf, il n’y a rien de plus fragile

Zhete in zié dérièr si ou vé galize shemin dovan. - Jette un œil derrière si tu veux égaliser le chemin devant

Gardyin mouton la poin pilovèr la lène. - Le gardien de mouton n’a point de pull-over de laine

La viéyès la poin d’gérizon. - Le vieillesse n’a point de guérison

Si té pa d’lo, la bou la rivièr noré pa gonflé. - S’il n’y avait pas d’eau, la boue de la rivière n’aurait pas gonflé

Piman lé krazé, lo gou lé resté. - Le piment est écrasé, le goût est resté

Tété in fanm lé zhamé tro gro pou son ti baba - Les seins d’une femme ne sont pas trop gros pour son petit bébé

Lo ver i grosi dan la viand pouri. - Les vers grossissent dans la viande pourrie

Si poul lavé poin gran guèl, li noré pa perd son zef - Si la poule n’avait point une grande gueule, elle n’aurait pas perdu son oeuf

Guep i fé lo ni, mé li la zhamé sèye fé do miel. - La guêpe fait un nid, mais elle n’a jamais essayé de faire du miel

Zhako i voi la fes son kamarad. - Le singe voit les fesses de son camarade

Kamèm tronp-la mor , in zhour i mor. - Même la trompe-la mort (la sensitive), un jour elle meurt

Kane i done son zhï : a kondision moulin i kraze ali. - La canne donne son jus : à condition que le moulin l’écrase

Kank in boug i boire mèm son momon lé sou. - Quand un homme boit, même sa maman est soûle

Si pa kapab boire in lit, boire in kar. - Si tu n’es pas capable de boire un litre, bois un quart

Kapon i vive lontan - Le peureux vit longtemps

I fé pa lomlet san kas’ do zef. - On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs

Kazhou i monte an lèr sé pou mié mont son dérièr. - La guenon monte en l’air pour mieux montrer son derrière

Lo shien la pa zhéné ek son ké. - Le chien n’est pas gêné par sa queue

Odrémié ète la tet in bef ke lo kï in shien. - Il vaut mieux être la tête d’un bœuf que le cul d’un chien

La kiriozité in vilin défo. - La curiosité est un vilain défaut

In klosh, in son. - Une cloche, un son

Dé kok i shante pa dan lo mèm poulayé. - Deux coqs ne chantent pas dans le même poulailler.

Konfitïr la pa fé pou koshon. - La confiture n’est pas faite pour les cochons

Bon kont i fé bon zami. - Les bons sentiments font les bons amis

Bèf i trape par lo korn, domoun i trape par la lang. - Le bœuf attrape par la corne, les gens attrapent par la langue

Ou aroze out flèr : zerb a koté lé dan son bèr. - Tu arroses tes fleurs, l’herbe à côté est dans son beurre

Tanplis pié d’boi lé gran, tanplis li atire kou d’van. - Plus l’arbre est grand, plus il attire les coups de vent

La vérité na in sël koulèr. La vérité n’a qu’une seule couleur

Lerk ou lé pri dann kouran d’lo, mem bransh pouri ou tienbo - Lorsque tu es pris dans le torrent, même une branche pourrie tu tiens bon

Ou pë kourbe out do san z’ète bosï pou sa. - Tu peux courber le dos sans être bossu pour ça

Koure kom ou vé, ou la pa pou ratrape soley. - Cours comme tu veux, tu ne rattraperas pas le soleil

Sèye pa kouri é grate out talon an mèm tan. - N’essaye pas de courir et de gratter ton talon en même temps

Lo méyer kok lespès i shante pa dovan kouto. - Le meilleur coq ne chante pas devant un couteau.

Tout’ marmit’ nana son kouvertir. - Toute marmite a son couvercle

Si kouyon té i rouvèr pa son guèl, kisa té i koné li té kouyon ? - Si un imbécile n’ouvrait pas sa gueule, qui saurait que c’est un imbécile ?

Krab i marshe sï lo koté, la pa pou sa li lé sou - Le crabe marche sur le côté, ce n’est pas pour ça qu’il est soûl

Fo pa krash dan out pla manzé. - Faut pas cracher dans ton assiette

Kok lé kontan, li kroi ali la fé lève soley. - Le coq est content, il croit que c’est lui qui fait lever le soleil

Bèf pou labatoir, i moke bèf brankar. - Le bœuf destiné à l’abattoir se moque du bœuf porteur

Mové zerb la poin lo tan pousé dan la ter labouré. - La mauvaise herbe n’a point le temps de pousser dans la terre labourée

Sak i fé lanmsim i bate pa tanbour. - Celui qui fait du lanmsim (poudre de maïs pour faire des gâteaux) ne bat pas le tambour.

La pa bezoin kouve lo lant’ pou ginÿ lo pou. - Pas besoin de couver les lentes pour gagner des poux

Lapéti mèm méyèr kari. - L’appétit est le meilleur cari

I mète pa larné sï koshon. - On ne met pas de harnais sur un cochon

Bred i pinse pa son né, lerk i mète fïmié koté son pié. - Les brèdes (légumes verts) ne pincent pas leur nez lorsqu’on met du fumier à côté de leur pied

Sak i fé son li bien, i dor bien. Celui qui fait bien son lit, dort bien

Lièv i dor lo zié ouvèr. - Le lièvre dort avec les yeux ouverts

Vaz a flèr i rode la boté, po d’sanb i rode lïtilité. - Le vase de fleurs cherche la beauté, le pot de chambre cherche l’utilité

Boug i sorte loin la poin témoin. - L’homme qui vient de loin n’a point de témoins

Si lokazion i bès lo do, sote desï. - Si l’occasion baisse le dos, saute dessus

In pti poul ek in lomlèt i sorte pa dann mèm zef. - Un poussin et une omelette ne sortent pas du même œuf

Malparlé la poin lo pié, mé na la zel. - La médisance n’a pas de pieds, mais elle a des ailes

Ek ‘’manfou’’ i fé pa la kaz. - Avec le « je m’en foutisme » on ne fait pas la case.

Mangoustan la pa pou la guèl koshon. - Les mangoustans ne sont pas pour la gueule des cochons

Mentèr i vien volèr. - Les menteurs deviennent voleurs

In tone zholi parol i ranpli pa mon marmit’. Une tonne de jolies paroles ne remplissent pas ma marmite

I fo marsh 4 pat’ avan monte bisiklèt. - Il faut marcher à quatre pattes avant de monter sur une bicyclette

Ek ‘’mersi’’ i sar pa la boutik. - Les remerciements ne sont pas des paiements

Larg pa do pin pou ramas’ lo mièt. - Ne jette pas le pain pour ramasser les miettes

In min i lave l’ot. – Une main lave l’autre (principe de l’entraide)

La mizèr i arive sï sheval, e rosava a pié. La misère arrive sur un cheval et s’en va à pied

La pa koshon la fé fer pou mète dan son né. - Les cochons ne font pas de fer pour mettre dans leur nez

I nétoye pa park bef ek bros a dan. - On ne nettoie pas une étable avec une brosse à dents

Balié nèv, baliè prop - Balai neuf, balai propre  

Niazh i done la pli ; li domand zhamé péyeman - Les nuages donnent la pluie ; ils ne demandent jamais de paiement

Odrémié alé la boutik k’alé la farmasi. - Il vaut mieux aller à la boutique qu’aller à la pharmacie

Ogarde pa zoizo si son plimazh - Ne juge pas l’oiseau à son plumage

Momon kazhou la pa ont’ son pti. - La maman du singe n’a pas honte de son petit

Odrémié in pti tek-tek dan out min, k’in gro papang si pié d’boi. - Il vaut mieux un tec-tec dans ta main, qu’un gros papangue sur l’arbre

La lanp i klère papiyon pou mié brïle son zèl. - La lampe éclaire le papillon pour mieux brûler ses ailes

Done in parésé in boushé manzhé, li kab osi domand’ aou mashé. - Donne à un paresseux une bouchée à manger, il est capable de te demander aussi de la mâcher

Fizi i pé blésé, parol i pé tié. - Un fusil peut blesser, une parole peut tuer

Ladi-lafé i pas’ partou. - Les rumeurs passent partout

Vodrémië in pti pë tro ke tro pti pë. - Il vaut mieux un petit peu trop qu’un trop petit peu

Parol in noir, kou d’pèt in shien. - La parole d’un Noir n’a pas plus de valeur que le pet d’un chien (temps de l’esclavage).  

Piman lé for, kalou son mèt. - Le piment est fort, le pilon est son maître

Si ou done do ri un maléré anserve pa la pint’. - Si tu donnes du riz à un malheureux, ne le mesure pas

 Pisa bib i éde la rivièr koulé. - La pisse d’une araignée n’aide pas la rivière à couler

Odrémié fé anvi ke pitié. - Il vaut mieux faire envie que pitié

Tié pa kouyon pou pran son plas. - Ne tue pas l’imbécile pour prendre sa place

La pa akoz ou ème soley, i fo pléré lerk la nui i tonb. - Ce n’est pas parce que tu aimes le soleil qu’il faut pleurer lorsque la nuit tombe

Dann milié la min, la poil la poin. - Dans le milieu de la main, il n’y a pas de poil

Fig la toufé pou mïri, li-mèm plï vit pou pouri. - La figue fait tout pour mûrir, mais fait plus vite pour pourrir.

Prékosion i ésui son fès avan kaka. - La précaution, c’est d’essuyer ses fesses avant de faire caca

Fo pa éte pli présé ke lo violon. - Faut pas être plus pressé que le violon.

La pa tas fêlé ki kas promié. - Il n’y a pas de tasse fêlée qui ne casse pas en premier

Mon ver lé pti, mé mi boire dan mon vèr. - Mon verre est petit mais je bois dans mon verre

Vinèg i vante son kor, do sïk pa bezoin réklame. - Le vinaigre vante son corps, le sucre n’a pas besoin de réclame

Ti bato i sote pa résif. - Les petits bateaux ne sautent pas le récif

Kouyon ou lé né, kouyon wa resté - Imbécile tu est né, imbécile tu resteras

Ou krash an lèr, i va retomb si out né. Tu craches en l’air, ça va retomber sur ton nez

Manze pa out ri dann fénoir. - Ne mange pas ton riz dans l’obscurité

La rishès moun, sé son zanfan. - La richesse des parents, c’est leurs enfants

Rogré lé apré la mor - Les regrets viennent toujours après la mort.

Romèd pou shëval riskab tïé bourik. - Le remède pour un cheval risque de tuer une bourrique

In kaz san fanm, sé in ropa san kari. - Une case sans femme, c’est un repas sans cari

Bred ièr sé roti zordi. - Les brèdes d’hier sont des rôtis aujourd’hui

Blan-la i pète, sé noir-la i san mové. - Quand le blanc pète, c’est le noir qui sent mauvais (au temps de l’esclavage !)

Tanplis ou done do fil servolan, tanplis li vé shape ek lo van. - Plus tu donnes de fil au cerf-volant, plus il veut s’échapper avec le vent

Lerk pié d’boi lé a tèr, sétaki i tire son bout. - Lorsque l’arbre est à terre, c’est à qui en tire un morceau

La sézon lé méyer ke lo méyèr piosh. - Toute saison est meilleure que la meilleure pioche

Très pa sabouk pou koupe ton fès. - Ne tresse pas un chabouc pour frapper tes fesses

La mor lo sha i shagrine pa lo ra. - La mort du chat ne chagrine pas le rat

Fo ramas in pé la shalèr pou livèr. - Il faut ramasser un peu de chaleur pour l’hiver

La sann ek sarbon i sorte mèm boi. - La cendre et le charbon sortent du même bois

Pou domand la sharité la min lé long ! pou rand servis la min lé kourt ! Pour demander la charité la main est longue ! Pour rendre service la main est courte !

Lerk lo shien la fin, la kaz son met li artrouve shemin. - Lorsque le chien a faim, il retrouve le chemin de la case de son maître

La shène fini kasé, zesklav touzhour amaré. - Même quand la chaîne est cassé, l’esclave se croit toujours attaché

Ek in koshon i fé pa in seval dé kours. - Avec un cochon on ne fait pas un cheval de course

Fo pa amonte lo shien manze maï. - Il ne faut pas apprendre au chien à manger du maïs

La pa tou lé zhour la fèt shinoi. - Ce n’est pas tous les jours la fête chinoise

Ou vé la po bef i shof out pié, ou vé pa son lodèr i fatig out né ? - Tu veux que la peau du bœuf chauffe tes pieds, et tu ne veux pas que son odeur fatigue ton nez ?

I amonte pa vié sinz fé la grimas. - Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces

Fé sorcié la pa sorcié. - Ce n’est pas difficile (la pa sorcié) de jouer au sorcier

Fanm sé soubasman la kaz. - La femme, dans une famille, est aussi celle sur qui tout repose.

Odrémié antand in bétiz ke ète sour. - Il vaut mieux entendre une bêtise qu’être sourd

Si lavé poin soutirèr noré poin volèr. - Un «soutireur» est à la fois un receleur et un incitateur au vol

Bate pa si tanbour out frèr. - Ne tape pas sur le tambour de ton frère

Si poul zami papang sé tanpi pou son pti. - Si la poule est l’amie du papangue (oiseau de proie), c’est tant pis pour son petit

Boug nana permi i tanpone. - L’homme qui a son permis de conduire peut quand même avoir un accident

Tansion pangar ; dan blan, kèr noir. - Faire attention ! Des dents blanches (grands sourires) peuvent cacher un cœur noir

Zhamé tro tar pou bien fèr. - Il n’est jamais trop tard pour bien faire

Krab la fé serman li manze pi la tay. - Le crabe a fait le serment de ne plus manger de la fange

Toro i bès la tèt, la po oblikatoir li la ont’ dovan ou - Un taureau qui baisse la tête, ce n est pas qu’il a honte devant toi

Zhako i karès son pti zhïskatan i toufe. - Le singe caresse son petit jusqu’à temps qu’il l’étouffe

Soley i lève pou toulmoun - Le soleil se lève pour tout le monde

Zef bouyi lé dïr mé la kok touzhour frazhil. - Un œuf bouilli est dur, mais la coque est toujours fragile

Ti zanfan, ti traka ; gran zanfan, gran traka. Petits enfants, petits tracas ; grands enfants, grands tracas

La pli ki tranpe lo do bef, i pouri son kord an mèm tan. - La pluie, qui trempe le bœuf, pourrit sa corde en même temps

I fo travaye lo fer lerk lé so.  - Il faut travailler le fer quand il est chaud

Ou voi zoizo i vole, ou voi pa traka li nana ek lo van. - Tu vois l’oiseau qui vole, tu ne vois pas les tracas qu’il a avec le vent

Sak i ri vandrodi i plère dimans. - Celui qui rit vendredi, pleure dimanche

Labitid la pa vantar. - L’habitude n’est pas vantardise

Vomié kitans ke vanzans. - Il vaut mieux abandonner que se venger

La viann ou la pa ashté, rode pa balans pou pézé. - La viande que tu n’as pas achetée, ne cherche pas une balance pour la peser

Zoizo i fé pa son ni an volan. - L’oiseau ne fait pas son nid en volant

Zhordi ri sek, domin kari volay. - Aujourd’hui riz sec, demain cari de volaille

Sé dan malèr ou voi out vré zami - C’est dans les malheurs que tu vois tes vrais amis

Avale in mo sé garde in zami. - Mieux vaut perdre l’occasion d’un bon mot, qu’un ami

La loi lé konm la toil zarnÿé, rien ke ti zinsek i rès kolé. - la Justice est comme la toile d’araignée, il n’y a que les petits insectes qui restent collés.

La poin d’roz la poin d’zépine. - Il n’y a pas de roses qui n’a pas d’épines

Ek mové zerb, i fé bon tizane - Avec une mauvaise herbe, on peut faire une bonne tisane

Ti zétinsel, gran fé - Petite étincelle, grand feu

Zafèr famiy i ogarde pa zétranzé. - Les affaires de famille ne regardent pas les étrangers

Pa la pène zhalou gro pié d’boi : La ash i atan’ ali - Pas la peine d’être jaloux d’un gros arbre : la hache l’attend

Zhëne souri na in sël trou : la poin lontan pou roule matou. - La jeune souris n’a qu’un seul trou : il ne faut pas longtemps pour rouler le matou

Si ou la sali zhïpon in fiy, tash moyen pèye son savon. - Si tu salis le jupon d’une fille, trouve le moyen de payer le savon

La pa lo plï zholi flèr nana méyèr lodèr. - Ce n’est pas la plus jolie fleur qui a la meilleure odeur

Zoizo i fé pa son ni an in zhour. - L’oiseau ne fait pas son nid en un jour

In zong tou sël pa kraze in pou. - Un ongle tout seul n’écrase pas un pou

Lo mïr nana zorey - Les murs ont des oreilles

Bon travayèr na bon zouti. - Un bon travailleur a de bons outils






L'esclavage en terre d'islam

de 622 au XXe siècle

Et malheureusement toujours d’actualité au XXIe siècle !


Après la mort du prophète Mahomet et la soumission de la péninsule arabe, les musulmans conquièrent les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Multipliant les prises de guerre, ils prolongent dans ces régions l'esclavage à la mode antique. Ils inaugurent aussi une longue et douloureuse traite négrière qui va saigner l'Afrique noire jusqu'à la fin du XIXe siècle.

L'esclavage en terre d'islam est hélas une réalité qui dure comme le montre l'anthropologue Malek Chebel.


Islam et esclavage

Le Coran, texte sacré de l'islam, entérine l'existence de l'esclavage (voir la sourate XVI, Les abeilles) tout comme d'ailleurs les textes bibliques. Notons que le premier muezzin désigné par le Prophète pour l'appel à la prière est un esclave noir du nom de Bilal originaire d'Éthiopie.

La loi islamique ou charia, qui s'appuie sur le Coran et les dits du prophète (hadiths), considère qu'en pays d'islam, seuls sont esclaves les enfants d'esclaves et les prisonniers de guerre. Elle autorise d'autre part la réduction en esclavage de quiconque provient d'un pays non musulman (si un esclave vient à se convertir, il n'est pas affranchi pour autant).

Très tôt, du fait de la rapidité même de leurs conquêtes, les Arabes se heurtent à une pénurie d'esclaves. Ils ne peuvent asservir les populations des pays soumis à leur loi et se voient donc dans l'obligation d'importer en nombre croissant des esclaves des pays tiers, qu'ils soient ou non en voie d'islamisation.

Comme les chrétiens du haut Moyen Âge, ils s'abstiennent de réduire en esclavage leurs coreligionnaires mais cette règle souffre de nombreuses transgressions et l'on ne rechigne pas à asservir des musulmans, notamment noirs, au prétexte que leur conversion est récente.


Une économie fondée sur l'esclavage

L'esclavage devient rapidement l'un des piliers de l'économie de l'empire abbasside de Bagdad du fait de très nombreuses prises de guerre et de l'avènement d'une très riche bourgeoisie urbaine. Pour s'en convaincre, il n'est que de lire Les Mille et Une Nuits, un recueil de contes arabes censés se dérouler sous le règne du calife Haroun al-Rachid, contemporain de Charlemagne.

Les harems du calife et des notables de Bagdad se remplissent de Circassiennes. Il s'agit de femmes originaires du Caucase et réputées pour leur beauté ; ces belles esclaves ont continué jusqu'au XXe siècle d'alimenter les harems orientaux en concurrence avec les beautés noires originaires d'Éthiopie. Pour les tâches domestiques et les travaux des ateliers et des champs, les sujets du calife recourent à d'innombrables esclaves en provenance des pays slaves, de l'Europe méditerranéenne et surtout d'Afrique noire. Ces esclaves sont maltraités et souvent mutilés et castrés.

D'autres esclaves et eunuques sont employés comme soldats et chefs de guerre par les différentes dynasties musulmanes, du Maroc aux Indes. Ces esclaves-là accèdent parfois à des fonctions élevées et parfois au pouvoir suprême. Ainsi en est-il des fameux Mamelouks d'Égypte, que Bonaparte devra combattre en 1798.


Eunuques  et castrats

Inventée et développée à grande échelle par la Chine impériale, exportée dans les pays musulmans et jusqu'en Italie (les castrats), l'exploitation des eunuques (hommes castrés) est l'une des formes d'esclavage les plus inhumaines qui soient.

Elle poursuit deux objectifs principaux : empêcher que les esclaves étrangers ne fassent souche ; éviter les relations sexuelles entre les femmes des harems et leurs serviteurs. Les castrats sont aussi recherchés par les mélomanes pour leur voix à la fois puissante et très aigüe.

La castration consiste en l'ablation des parties génitales, soit totale, soit limitée aux testicules (pour empêcher la reproduction). Elle est le plus souvent pratiquée à la pré-adolescence et se solde par une mortalité effroyable.

Les esclaves mâles originaires d'Afrique noire sont généralement castrés en Égypte par des moines coptes pour le compte des trafiquants musulmans. À l'époque carolingienne, les captifs slaves destinés aux marchés orientaux sont quant à eux castrés à Verdun, principal marché d'étape de ce trafic.


Esclaves blancs en terre d'islam

Dans les premiers temps de l'islam, les notables de Bagdad s'approvisionnent en esclaves blancs auprès des tribus guerrières du Caucase mais aussi auprès des marchands vénitiens qui leur vendent des prisonniers en provenance des pays slaves, encore païens.

À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s'épuise du fait de la christianisation de l'Europe orientale, les musulmans se tournent vers les pirates qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias sur les villages côtiers des rivages européens, y compris même dans l’océan Atlantique jusqu’aux limites du cercle polaire. En 1627, des barbaresques algérois lancent un raid sur l’Islande et en ramènent 400 captifs. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans... la tête de prisonnier maure qui sert d'emblème à la Corse.

On évalue à plus d'un million le nombre d'habitants enlevés en Europe occidentale entre le XVIe et le XVIIIe siècle, au temps de François 1er, Louis XIV et Louis XV. Ces esclaves, surtout des hommes, sont exploités de la pire des façons dans les orangeraies, les carrières de pierres, les galères ou encore les chantiers d'Afrique du nord. Des organisations chrétiennes déploient beaucoup d'énergie dans le rachat de ces malheureux, tel Miguel de Cervantès ou plus tard Saint Vincent de Paul.

En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d'esclaves.

Jusqu’au début du XIXe siècle, les princes de la côte nord-africaine tirent eux-mêmes de grands profits de la piraterie en imposant de lourds tributs aux armateurs occidentaux en échange de la garantie que leurs navires ne seraient pas attaqués par les pirates. En 1805, le président américain Thomas Jefferson lance une expédition navale contre le dey de Tripoli, en Libye, pour l’obliger à renoncer à ce rackett. Le dey d’Alger le poursuivra quant à lui jusqu’à la conquête française en 1830.


Esclaves noirs en terre d'islam

Si la traite des esclaves blancs a rapidement buté sur la résistance des Européens, il n'en a pas été de même du trafic d'esclaves noirs en provenance du continent africain.

La traite arabe commence en 652, vingt ans après la mort de Mahomet, lorsque le général arabe Abdallah ben Sayd impose aux chrétiens de Nubie (les habitants de la vallée supérieure du Nil) la livraison de 360 esclaves par an. La convention, très formelle, se traduit par un traité (bakht) entre l'émir et le roi de Nubie Khalidurat.

Ce trafic ne va cesser dès lors de s'amplifier. Les musulmans « blancs » de la frange sahélienne (Peuls, Touaregs, Toubous etc.) multiplient les attaques contre les villages des Bantous de la forêt et enlèvent les meilleurs éléments pour les vendre aux habitants de l'empire ottoman ou du Maroc.

Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d'individus le nombre d'Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XXe siècle. C'est à peu près autant que la traite européenne à travers l'océan Atlantique, du XVIe siècle au XIXe siècle.

Le trafic suit d'abord les routes transsahariennes. Des caravanes vendent, à Tombouctou par exemple, des chevaux, du sel et des produits manufacturés. Elles en repartent l'année suivante avec de l'or, de l'ivoire, de l'ébène et, donc, des esclaves pour gagner le Maroc, l'Algérie, l'Égypte et, au-delà, le Moyen-Orient. Au XIXe siècle se développe aussi la traite maritime entre le port de Zanzibar (aujourd'hui en Tanzanie) et les côtes de la mer Rouge et du Golfe persique.

Le sort de ces esclaves, razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes, est dramatique. Après l'éprouvant voyage à travers le désert, les hommes et les garçons sont systématiquement castrés avant leur mise sur le marché, au prix d'une mortalité effrayante, ce qui fait dire à l'anthropologue et économiste Tidiane N'Diyae : « Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d'Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s'est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi - et dans une large mesure- une véritable entreprise programmée de ce que l'on pourrait qualifier d'"extinction ethnique par castration" ».

Les contes des Mille et Une Nuits, écrits au temps du calife Haroun al-Rachid (et de Charlemagne), témoignent des mauvais traitements infligés aux esclaves noirs et du mépris à leur égard (bien qu'ils fussent musulmans comme leurs maîtres).

Ce mépris, légitimé par la malédiction de Cham, a perduré au fil des siècles. Ainsi peut-on lire sous la plume de l'historien arabe Ibn Khaldoun (1332-1406) : « Il est vrai que la plupart des nègres s'habituent facilement à la servitude ; mais cette disposition résulte, ainsi que nous l'avons dit ailleurs, d'une infériorité d'organisation qui les rapproche des animaux brutes. D'autres hommes ont pu consentir à entrer dans un état de servitude, mais cela a été avec l'espoir d'atteindre aux honneurs, aux richesses et à la puissance » (Les Prolégomènes, IV). Ces propos précèdent de deux siècles la traite atlantique des Occidentaux.


Esclavage et décadence

Les contingents très importants de main-d’œuvre servile ont contribué à la stagnation économique du monde musulman en décourageant l'innovation technique et sociale. Ils ont causé aussi de nombreux troubles. C'est ainsi qu'à la fin du IXe siècle, la terrible révolte des Zendj (ou Zenj, d'un mot arabe qui désigne les esclaves noirs), dans les marais du sud de l'Irak, a entraîné l'empire de Bagdad sur la voie de la ruine et de la décadence.

« Comparé à la traite des Noirs organisée par les Européens, le trafic d'esclaves du monde musulman a démarré plus tôt, a duré plus longtemps et, ce qui est plus important, a touché un plus grand nombre d'esclaves », écrit en résumé l'économiste Paul Bairoch. Cet auteur note qu'il ne reste plus guère de trace des esclaves noirs en terre d'islam en raison de la généralisation de la castration, des mauvais traitements et d'une très forte mortalité, alors que leurs descendants sont au nombre d'environ 70 millions sur le continent américain.


Langage parlé, langage écrit

Après avoir lu Louis-Ferdinand Céline, quelqu’un avait déclaré qu’il était content d’avoir découvert un romancier qui écrivait « comme on parle ». La remarque était justifiée. L’auteur du « Voyage au bout de la nuit » était obsédé par l’idée de « rendre le parler en écrit ».

Pourquoi, en effet, fait-on une différence entre le langage parlé et le langage écrit ? Et pourquoi accorde-t-on plus d’importance à la maîtrise de la langue écrite ? Autant on accepte aisément les « écarts de langage » lorsque l’on parle, autant on est exigeant sur la construction d’un texte écrit.

Pourtant, la parole existait bien avant qu’on ne veuille la transcrire. D’abord, toutes les sociétés communiquent oralement, alors que certaines n’ont pas d’écriture. Ensuite, le processus d’acquisition du langage oral est naturel pour l’enfant, tandis que le langage écrit est le fruit d’un apprentissage scolaire.

Chacun parle, certes quelquefois avec un vocabulaire réduit et des règles approximatives, mais il se fait comprendre et il saisit, en principe, ce qu’on lui dit.

Le langage oral met en jeu un ensemble d’indices pour accompagner les mots et leur donner le sens et la portée que l’on souhaite ; comme les mimiques, le regard, les postures, les gestes, l’intonation, l’accentuation. Ces indices, particuliers à l’oral, sont indispensables pour permettre la compréhension du discours. Dès l’enfance, on en prend conscience avec l’acquisition du langage.

Et en effet, le langage oral s’exprime dans des échanges avant tout sociaux, selon le lieu, le temps, l’intention de communiquer, la place et l’attention des interlocuteurs.

Une interjection comme « va ! » sera interprétée par l’interlocuteur différemment selon la façon de dire ce simple mot.

En revanche, contrairement à l’oral, l’écrit est avant tout monologique. Celui, qui écrit, doit, selon le but recherché, anticiper, imaginer, provoquer la réaction du lecteur. On n’écrit pas un roman comme on rédige une lettre à son percepteur.

De plus, celui qui écrit prend son temps, modifie, corrige son texte, jusqu’à trouver la meilleure formulation de ce qu’il veut transmettre. Il recherche le synonyme le plus pertinent, la phrase la plus juste, l’idée la plus précise. Car, n’ayant pas son interlocuteur en face de lui, il ne peut user des indices physiques rappelés ci-dessus. Les mimiques, les regards, les postures, etc. doivent pouvoir transparaître dans le texte. D’où la nécessité d’une maîtrise parfaite de la langue, des multiples nuances du vocabulaire, de l’art « d’écrire entre les lignes ».

Le lecteur, quant à lui, a aussi son rythme propre de lecture, avec des pauses, des retours en arrière pour bien assimiler ce qu’il lit.

Par ailleurs, le vocabulaire à l’écrit et à l’oral semblerait devoir être identique pour une personne donnée. Cependant, son étendue diffère pour des contraintes temporelles. L’oral se situe dans l’instantanéité. En général, le vocabulaire, qui jaillit sur le moment, est souvent limité. À défaut d’être un fin lettré, doté d’une mémoire phénoménale, on n’a pas le temps de trouver spontanément le mot le plus approprié. On emploie des mots très communs facilement récupérables dans sa mémoire. De plus, il est facile d’utiliser un vocabulaire non conventionnel : chose, truc, machin, fric, boulot, voire des expressions triviales.

Ne parlons pas des différences grammaticales et syntaxiques entre l’oral et l’écrit. Là aussi, il existe une liberté de l’oral qui ne gêne en rien la compréhension du discours, comme l’absence de la négation « ne ».


C’est sans doute ce que voulait exprimer le lecteur de Céline évoqué en préambule. Céline avait-il raison ? Caractériel, haineux, misanthrope, antisémite, il critiquait ses contemporains de tous bords, Proust, Sartre, Gide, Aymé, Giono … De même qu’il les exécrait, il rejetait la « belle langue » qu’ils employaient.

Faut-il y voir une marque de génie, comme certains comédiens qui mettent en scène ses textes avec enthousiasme ? Chacun s’en fera une idée.


Vivre avec 400 mots

N'était-ce pas oublier que ce langage, généralement débité à toute vitesse et sans beaucoup articuler, se heurte aussi à une autre réalité : celle du monde extérieur et de la vie de tous les jours ? Pas simple de chercher du travail, d'ouvrir un compte en banque ou de s'inscrire à la Sécurité sociale quand on ne possède que 350 à 400 mots, alors que nous en utilisons, nous, 2.500, estime ainsi le linguiste Alain Bentolila, pour qui cette langue est d'une " pauvreté  absolue ». Je veux bien qu'on s'émerveille sur ce matériau linguistique, certes intéressant, mais on ne peut pas dire : "Quelle chance ont ces jeunes de parler cette langue !", objecte ce professeur de linguistique à la Sorbonne. Dans tout usage linguistique, il existe un principe d'économie qui consiste à dépenser en fonction de ce qu'on attend. Si je suis dans une situation où l'autre sait quasiment tout ce que je sais, les dépenses que je vais faire vont être minimes. En fait, "ça va sans dire". Et si "ça va sans dire", pourquoi les mots ? Cette langue est une langue de proximité, une langue du ghetto. Elle est parlée par des jeunes qui sont obligés d'être là et qui partagent les mêmes anxiétés, les mêmes manques, la même exclusion, le même vide.

Selon lui, entre 12 % et 15 % de la population jeune utiliserait aujourd'hui exclusivement ce langage des cités.

Est-ce un hasard si des spécialistes en prévention de la délinquance s'intéressent autant à cette "fracture linguistique" ? De la carence orale à la violence physique, le pas peut être rapide. "L'incapacité à s'exprimer génère de la frustration. Faute de mots, l'instrument d'échange devient alors la castagne. Et moins on est capable d'élaborer des phrases, plus on tape.

Le plus étonnant, toutefois, dans cet idiome né au pied des HLM, est son succès loin des quartiers défavorisé. Des expressions comme "niquer sa race", "kiffer une meuf" ou " j'hallucine grave" s'enracinent dans les centres-villes. L'inimitable accent "caillera" accompagne le mouvement, de même que certaines onomatopées, comme ce petit claquement de langue lâché en fin de phrase pour acquiescer un propos. "Tout cela donne un genre, un "zarma", comme disent les jeunes, observe Alain Bentolila. La langue des cités présente une facilité linguistique assez enviable, qui peut devenir de l'ordre du modèle pour les classes moyennes. Ce qui est un échec : parler 350 mots quand il en faut 2.500 devient alors un signe de reconnaissance et de regroupement. Il faut parler cette langue pour ne pas passer pour un bouffon ou un intello."



Du gigantisme dans l’art


Comment reconnaît-on ceux que l’on nomme, comme une évidence, les grands peintres et sculpteurs d’aujourd’hui ? Ils sont remarquables par la démesure de leurs œuvres.

Quelques exemples.

Voyez les toiles de Pierre Soulages. Que seraient-elles dans un format réduit ? Je ne parle pas de miniatures, mais disons de supports de 50 sur 40 cm. Elles seraient insignifiantes, ridicules à nos yeux avides de sensationnel.

Que ce soient ses premières toiles qui se garnissaient de grands coups de peinture noire au rouleau, sorte de kanjis grotesques, hasardeux et maladroits, ou celles plus récentes : des toiles goudronnées et guillochées pour donner l’illusion que le noir secrète de la lumière. Croire que l’on a découvert le Graal en voyant la lumière éclairer normalement les bordures et saillies qui lui sont opposées, relève de la déficience mentale pour ne pas dire du foutage de gueule ! Mais, le spectateur finit quand même par croire que c’est miraculeux puisque c’est si bien expliqué. Soulages aurait-il pu bénéficier de la reconnaissance de critiques et d’un marché mercantile sans le discours préliminaire pseudo-philosophique qui cherche à nous apprendre à voir ? Le secret réside dans la taille des œuvres qui doivent dominer le spectateur, le rabaisser à sa condition d’animalcule. Ces toiles immenses ne se regardent pas de loin, elles nécessitent d’être placées au contact du spectateur. Celui-ci se trouve heurté par un face-à-face qui le subjugue.

La démesure n’est faite que pour choquer et créer une émotion chez le spectateur. Cette émotion n’est en rien un sentiment raisonné ou une réaction affective, mais plutôt un choc brutal. Le sens de l’œuvre lui est hermétique, il ne comprend pas. Or, de nos jours, quand il y a incompréhension, le génie n’est forcément pas loin.

Ces artistes et leurs caudataires justifient ce travail en prétendant que c’est le gigantisme qui en est précisément l’expression.

Voyons un autre peintre qui fait les beaux jours des musées en mal de nouveautés : Claude Viallat.

L’art de Viallat consiste à reproduire une seule et unique forme sur ses toiles, une sorte d’osselet bigarré grossièrement brossé. Il fait le choix, de son propre aveu, de se débarrasser de toute préoccupation formelle. Ce sera son unique sujet pour toujours ? Libéré de la contrainte d’en chercher d’autres, il n’a eu de cesse de le reproduire à l’infini en variant les supports et les couleurs. Mais, lui aussi ne peut attirer l’œil du spectateur que par le gigantisme de ses œuvres. Ses osselets colorés ne pourraient exister dans des formats réduits.

Daniel Buren n’est pas seulement « sculpteur ». Sa trouvaille, qui lui permet d’être reconnu partout, consiste à faire alterner bandes blanches et colorées, sortes de toile à matelas. De grandes toiles posées sur des flèches, ces chariots qui servent à transporter les toiles, sont censées vous captiver par leur immixtion farfelue parmi les œuvres classiques des musées. Ceux-ci s’enorgueillissent d’avoir donné, à Daniel Buren, la possibilité de peindre sur châssis, lui qui ne l’avait plus fait depuis 30 ans. Que ne ferait-on pas pour attirer le gogo dans les musées désertés ?

Bref, ces peintres ne sont, tout au plus, que des décorateurs mal inspirés, quoique, je ne souhaiterais pas tapisser ma chambre de leurs fariboles.


Mais c’est dans la sculpture que l’on atteint des sommets de charlatanerie. Où sont les outils chers aux artistes : les burins, ciseaux, gradines, pointes, gratte-fond ? Autres temps autres techniques, certes, mais, l’exécution de l’œuvre et le travail créatif seraient-ils donc désormais affaire d’entreprise industrielle ?

Monumenta est une exposition d’art contemporain qui se tient dans la nef du Grand Palais à Paris. Elle est organisée à l’initiative du Ministère de la Culture et la Réunion des musées nationaux, et consiste à proposer à un artiste contemporain d’investir l’espace de la nef du Grand Palais, à Paris avec une œuvre conçue spécialement pour l’occasion. Cette nef, d’une superficie de 13 500 m2 et d’une hauteur maximale de 45 m, autorise l’exposition d’œuvres de très grandes dimensions.


Nous y voilà. Je cite.

En 2008, Richard Serra expose Promenade. L’œuvre est composée de cinq plaques d’acier, chacune mesurant 17 m de haut et 4 m de large, pour un poids de 75 tonnes. Elles sont installées verticalement, légèrement inclinées par rapport à la verticale. Les cinq plaques sont disposées sur toute la longueur de la nef ; si elles sont espacées régulièrement, elles sont en revanche décentrées par rapport à l’axe du bâtiment. Comprenne qui pourra.

Leur mise en place a nécessité la consolidation du sol du Grand Palais !

En 2010, Christian Boltanski conçoit l’installation intitulée Personnes. Il s’agit d’une installation visuelle et sonore. 69 espaces rectangulaires sont alignés sur trois rangées le long de la nef ; chacun de ces espaces est recouvert de vêtements posés à plat au sol, face contre terre. Au centre de la nef se trouve une montagne de vêtements ; à son sommet, un grappin prélève quelques-uns de ces vêtements, les soulève dans les airs avant de les relâcher. Dans tout l’espace, des haut-parleurs diffusent l’enregistrement des battements de cœurs, évoquant aussi le bruit des trains sur leurs rails. Si vous n’avez pas compris, ce n’est pas grave, d’excellents critiques vous expliqueront dans les médias tout l’intérêt de « l’œuvre ».

En 2011, Anish Kapoor crée Leviathan. Une sculpture monumentale en PVC rouge gonflé, de 12 tonnes, d’une hauteur maximale de 35 m et d’un volume de 72 000 m3. La sculpture est composée de quatre espaces de forme sphérique ou ovoïde. Un seul de ces espaces est accessible au public, les trois autres sont seulement accessibles au regard. Les visiteurs pénètrent tout d’abord à l’intérieur de la sculpture, éclairée de l’extérieur. En en sortant, ils ont la possibilité de la découvrir de l’extérieur, dans la nef du Grand Palais.

En 2012, Daniel Buren crée Excentrique(s), une installation de 377 disques translucides suspendus horizontalement entre 2,50 et 2,90 m au-dessus du sol. Chaque cercle, entre 2 et 6,50 m de diamètre, est composé en plus de fer, d’une matière plastique bleue, jaune, rouge, verte ou par moments, l’on peut apercevoir un semblant de rose et de vert anis. L’ensemble remplit presque entièrement le site, excepté sous la coupole centrale, où sont disposés sur le sol des cercles réfléchissants où l’on peut voir notre reflet.

Par ailleurs, Anish Kapoor est un habitué des Énormes expositions. Il est l’auteur, dans les jardins du Château de Versailles, de constructions gigantesques : « Dirty Corner », surnommée plus crûment par la presse, « Shooting in the Corner », et autres « Sectoral Body » et « Descension ». Qu’apportent ses œuvres outrancières et provocatrices aux spectateurs. Quel est l’intérêt du Château de Versailles ? Budgétaire ?


Pour terminer, suffit-il que l’auteur d’une œuvre quelconque prétende faire de l’art, pour qu’aussitôt cela en soit et que personne ne puisse le contester ? Tabou du mot art !

« L’Arbre-Sextoy gonflable », de Paul Mc Carthy, sur la place Vendôme à Paris, méritait-il d’être exposé, si ce n’est pour provoquer un scandale ? En taille réduite, cet « objet » n’aurait sa place que dans les boutiques spécialisées.

Et faut-il envelopper le Pont Neuf ou Notre-Dame dans du papier cadeau pour être génial ?


Alors, dorénavant, quand on cherchera à vous abuser avec une « énormité », pensez l’objet en taille réduite. Vous verrez que l’unique justification de « l’œuvre » est sa taille et non ce qu’elle représente.



Plus que jamais d’actualité

Il y a un an, ma chronique parlait déjà de l’insécurité et de l’influence des romans policiers et à suspense, des thrillers, des films sanglants, gores, thrillers, séries policières, exposés de crimes bien réels, attentats divers et autres délicatesses du même genre, qui entretenaient ce sentiment.

Faut-il le rappeler? Qui n’a pas eu envie, dans le confort de son canapé ou d’un fauteuil de cinéma, d’éprouver des sensations fortes, comme lecteur ou comme spectateur ?

Cette attirance pour la violence chez les autres provoque un état d’anxiété, qui peut paraître momentané, mais qui crée à la longue un sentiment d’insécurité. Les peurs se cristallisent au vu des drames, des catastrophes, des meurtres, des attentats, des guerres, de la misère, des épidémies, du chômage, toutes informations insoutenables mais bien réelles diffusées complaisamment par nos médias .

Ce sentiment d’insécurité vient occuper l’esprit de façon permanente. Même si l’on n’a aucune raison de se sentir en danger, la nécessité de se protéger s’installe.

Le véritable  risque, alors, serait de croire trouver, dans certaines promesses électorales et gesticulations alarmistes, la solution à ses angoisses.

Le véritable danger serait d’accepter d’échanger ses libertés individuelles contre une protection illusoire qui ne conduirait qu’à transformer des citoyens libres en petits robots à la pensée imposée.


Ne jamais oublier


Code de l’indigénat


Le Code de l'indigénat fut adopté le 28 juin 1881. Puis, c'est en 1887 que le gouvernement français l'imposa à l'ensemble de ses colonies. En général, ce code assujettissait autant les autochtones que les travailleurs immigrés aux travaux forcés, à l’interdiction de circuler la nuit, aux réquisitions, aux impôts de capitation (taxes) sur les réserves et à un ensemble d’autres mesures tout aussi dégradantes. Il s'agissait d'un recueil de mesures discrétionnaires destiné à faire régner le «bon ordre colonial », celui-ci étant basé sur l'institutionnalisation de l'inégalité et de la justice. Ce code fut sans cesse « amélioré » de façon à adapter les intérêts des colons aux «réalités du pays».


Le Code de l'indigénat distinguait deux catégories de citoyens : les citoyens français (de souche métropolitaine) et les sujets français, c’est-à-dire les Africains noirs, les Malgaches, les Réunionnais, les Antillais, les Mélanésiens, etc., ainsi que les travailleurs immigrés. Les sujets français soumis au Code de l'indigénat étaient privés de la majeure partie de leur liberté et de leurs droits politiques ; ils ne conservaient au plan civil que leur statut personnel, d'origine religieuse ou coutumière.


Le colonialisme pratiqué en Nouvelle-Calédonie, en Algérie, à Madagascar, à la Réunion, etc., s’apparentait à une sorte d’esclavage des populations autochtones : celles-ci étaient dépouillées de leur identité. Ce système colonial odieux, qui paraît sans aucun doute honteux aujourd’hui, semblait normal à l’époque et d'autres pays pratiquaient des politiques similaires.

Le Code de l'indigénat était assorti de toutes sortes d'interdictions dont les délits étaient passibles d'emprisonnement ou de déportation.

Ce système d'inégalité sociale et juridique perdura jusqu’en 1946, soit plusieurs années après que les accords de Genève (le 23 avril 1938) eurent interdit toute forme de travaux forcés.


Après la loi du 7 avril 1946 abolissant le Code de l'indigénat, les autochtones (Nouvelle-Calédonie, Madagascar, Réunion, etc.) purent à nouveau circuler librement, de jour comme de nuit, et récupérer le droit de résider où ils voulaient et de travailler librement.



Le Code Noir de l'île Bourbon. 18 septembre 1724.

 

En mars 1685, Louis XIV promulgue l'édit "concernant la discipline de l'Église et de l'État, et la qualité des nègres esclaves aux îles d'Amérique. Ce document de 60 articles, élaboré par Colbert, vise la réglementation de la pratique de l'esclavage aux Antilles française. On l'appellera le Code noir.

Le 18 septembre 1724, un texte largement inspiré de ce Code Noir est enregistré au Conseil supérieur de Bourbon. Ce deuxième Code Noir est en fait les « lettres de patentes en forme d'édit concernant les esclaves nègres des Isles de France et de Bourbon ».

Dans ces 54 articles, il fixe le cadre juridique du système esclavagiste. Il est signé par Louis XV, âgé de 13 ans, et contresigné par Jean Frédéric Phélypeaux, comte de Maupas, secrétaire d'État à la Marine et au Colonies.

 

« Les directeurs de la Compagnie des Indes nous ayans représenté que l'île Bourbon est considérablement établie par un grand nombre de nos sujets, lesquels se servent d'esclaves nègres pour la culture des terres ; que l'île de France, qui est proche de ladite île de Bourbon, commence aussi à s'établir, et qu'ils sont dans le dessein de faire encore de nouveaux établissements dans les pays circonvoisins, nous avons jugé qu'il était de notre autorité et de notre justice, pour la conservation de ces colonies, d'y établir une loi et des règles certaines pour y maintenir la discipline de l'église catholique, apostolique et romaine, et pour ordonner de ce qui concerne l'état et la qualité des esclaves dans lesdites îles ; et désirant y pourvoir et faire connaître à nos sujets qui y sont habitués et qui s'y habitueront à l'avenir, qu'encore qu'ils habitent des climats infiniment éloignés, nous leur sommes toujours présent par l'étendue de notre puissance et par notre application à les secourir.

A ces causes et autres à ce nous mouvant, de l'avis de notre conseil, et de notre certaine science, pleine de puissance et autorité royale, nous avons dit, statué et ordonné, disons, statuons et ordonnons, voulons et nous plaît ce qui suit : »

 

ARTICLE PREMIER. Tous les esclaves qui se trouvent dans les Isles Bourbon, de France et autres établissements voisins, seront instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine, et baptisés ; ordonnons aux habitants qui achèteront des nègres nouvellement arrivés, de les faire instruire et baptiser dans le temps convenable à peine d'amende arbitraire ; enjoignons aux conseils établis dans lesdites îles, ou directeurs pour ladite compagnie d'y tenir exactement la main.

ART. II. Interdisons tout exercice d'autre religion que de la catholique, apostolique et romaine ; voulons que les contrevenants soient punis comme rebelles et désobéissants à nos commandements ; défendons toutes assemblées pour cet effet, lesquelles nous déclarons conventicules, illicites et séditieuses, sujettes à la même peine, qui aura lieu même contre les maîtres qui les permettront ou souffriront à l'égard de leurs esclaves.

ART III. Ne seront préposés aucuns commandeurs à la direction des nègres, qu'ils ne fassent profession de la religion catholique, apostolique et romaine, à peine de confiscations desdits nègres contre les maîtres qui les auront préposés, et de punition arbitraire contre les commandeurs qui auront accepté ladite direction.

ART. IV. Enjoignons à tous nos sujets, de quelque qualité et condition qu'ils soient, d'observer régulièrement les jours de dimanche et de fêtes ; leur défendons de travailler leurs esclaves auxdits jours, depuis l'heure de minuit jusqu'à l'autre minuit, à la culture de la terre et à tous autres ouvrages, à peine d'amende et de punition arbitraire contre les maîtres, et de confiscation des esclaves qui seront surpris par nos officiers dans le travail, pourront néanmoins envoyer leurs esclaves aux marchés.

ART V. Défendons à tous nos sujets blancs, de l'un et de l'autre sexe, de contracter mariage avec les Noirs, à peine de punition et d'amende arbitraire, et à tous curés, prêtes ou missionnaires séculiers ou réguliers, et même aux aumôniers des vaisseaux de les marier ! Défendons aussi à nos dits sujets blancs, même aux Noirs affranchis ou nés libres, de vivre en concubinage avec des esclaves ; voulons que ceux qui auront eu un ou plusieurs enfants d'une pareille conjonction, ensemble les maîtres qui les auront soufferts, soient condamnés chacun en une amende de trois cent livres ; et s'ils sont maîtres de l'esclave avec laquelle ils auront eu lesdits enfants, voulons qu'outre une amende ils soient privés tant de l'esclave que des enfants, et qu'ils soient adjugés à l'hôpital des lieux, sans pouvoir jamais être affranchis ; n'entendons toutefois le présent article avoir lieu lorsque l'homme noir affranchi ou libre, qui n'était pas marié durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes prescrites par l'église, ladite esclave, qui sera affranchie par ce moyen, et les enfants rendus libres légitimes.

ART. VI. Les solennités prescrites par l'ordonnance de Blois et par la déclaration de 1639, pour les mariages seront observées, tant à l'égard des personnes libres que des esclaves, sans néanmoins que le consentement du père et de la mère de l'esclave y soit nécessaire, mais celui du maître seulement.

ART. VII. Défendons très expressément aux curés de procéder aux mariages d'esclaves, s'ils ne font apparoir du consentement de leurs maîtres ; défendons aussi aux maîtres d'user d'aucune contrainte sur leurs esclaves pour les marier contre leur gré.

ART VIII. Les enfants qui naîtront des mariages entre les esclaves, seront esclaves et appartiendront aux maîtres des femmes esclaves, et non à ceux de leurs maris, si les maris et les femmes ont des maîtres différents.

ART. IX. Voulons que si le mari esclave a épousé une femme libre, les enfants tant mâles que filles suivent la condition de leur mère, et soient libres comme elle, nonobstant la servitude du père ; et que si le père est libre et la mère est esclave, les enfants soient esclaves pareillement.

ART. X. Les maîtres seront tenus de faire enterrer en terre sainte, dans les cimetières destinés à cet effet, leurs esclaves baptisés ; et à l'égard de ceux qui mourront sans avoir reçu le baptême, ils seront enterrés la nuit dans quelque champ voisin du lieu où ils seront décédés.

ART. XI. Défendons aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons, à peine du fouet et de confiscation des armes au profit de celui qui les en trouvera saisis, à l'exception seulement de ceux qui seront envoyés à la chasse par leurs maîtres, ou qui seront porteurs de leurs billets ou marques connues.

ART.XII. Défendons pareillement aux esclaves appartenant à différents maîtres de s'attrouper, le jour ou la nuit, sous prétexte de noces ou autrement, soit chez l'un de leurs maîtres ou ailleurs, et encore moins dans les grands chemins ou lieux écartés, à peine de punition corporelle qui ne pourra être moindre que du fouet et de la fleur-de-lys, et en cas de fréquentes récidives et d'autres circonstances aggravantes, pourront être punis de mort, ce que nous laissons à l'arbitrage des juges ; enjoignons à tous nos sujets de courre aux contrevenants, et de les arrêter et conduire en prison, bien qu'ils ne soient officiers et qu'il n'y ait encore contre lesdits contrevenant aucun décret.

ART. XIII. Les maîtres qui seront convaincus d'avoir permis ou toléré des pareilles assemblées, composées d'autres esclaves que de ceux qui leur appartiennent, seront condamnés, en leur propre et privé nom, de réparer tout le dommage qui aura été fait à leurs voisins à l'occasion desdites assemblées, et en dix piastres d'amende pour la première fois et au double en cas de récidive.

ART.XIV. Défendons aux esclaves d'exposer en vente au marché, ni de porter dans les maisons particulières pour vendre, aucune sorte de denrées, même des fruits, légumes, bois à brûler, herbes ou fourrages pour la nourriture des bestiaux, ni aucune espèce de grains ou autres marchandises, sans permission expresse de leurs maîtres, par billet ou par des marques connues, à peine de revendication des choses ainsi vendues, sans restitution du prix par les maîtres, et de six livres d'amendes à leur profit contre les acheteurs.

ART. XV. Voulons à cet effet, que deux personnes soient préposées dans chaque marché par les officiers desdits conseils, chacun dans son district, ou par les directeurs pour ladite compagnie, pour examiner les denrées et marchandises qui y seront apportées par les esclaves, ensemble les billets ou marques de leurs maîtres, dont ils seront porteurs.

ART. XVI. Permettons à tous nos sujets, habitants desdits pays, de se saisir de toutes les choses dont ils trouveront les esclaves chargés, lorsqu'ils n'auront pas de billet de leurs maîtres, ni de marques connues, pour être rendues incessamment à leurs maîtres, si leur habitation est voisine du leu où les esclaves auront été surpris en délit ; sinon elles seront incessamment envoyées au magasin de la compagnie le plus proche pour y être en dépôt, jusqu'à ce que les maîtres en aient été avertis.

ART. XVII. Voulons que les officiers desdits conseils supérieurs, chacun en ce qui le concerne, ou les directeurs pour ladite compagnie, nous envoient leurs avis sur la quantité des vivres et la qualité de l'habillement qu'il convient que les maîtres fournissent à leurs esclaves ; lesquels vivres doivent leur être fournis par chacune semaine, et l'habillement par chaque année, pour y être statué par nous ; et cependant permettront auxdits officiers ou directeurs de régler par provision lesdits vivres et lesdits habillements : défendons aux maîtres desdits esclaves de donner aucune sorte d'eau-de-vie ou guildive, pour tenir de ladite subsistance et de l'habilement.

ART. XVIII. Leur défendons pareillement de se décharger de la nourriture et subsistance de leurs esclaves, en leur permettant de travailler certains jours de la semaine pour leur compte particulier.

ART. XIX. Les esclaves qui ne seront point nourris, vêtus et entretenus par leurs maîtres, pourront en donner avis au procureur général desdits conseils, procureur pour nous, et mettre leurs mémoires entre ses mains, sur lesquels, et même d'office si les avis lui viennent d'ailleurs, les maîtres seront poursuivis à sa requête et sans frais ; ce que nous voulons être observé pour les crimes et pour les traitements barbares et inhumains des maîtres envers leurs esclaves.

ART. XX. Les esclaves infirmes par vieillesse, maladie ou autrement soit que la maladie sont incurable ou non, seront nourris et entretenus par leurs maîtres ; et en cas qu'ils les eussent abandonnés, lesdits esclaves seront adjugés à l'hôpital le plus proche, auquel les maîtres seront condamnés de payer quatre sols par chaque jour pour la nourriture et entretien de chacun esclave, pour le paiement de laquelle somme ledit hôpital aura privilège sur les habitations des maîtres, en quelques mains qu'elles passent.

ART. XXI. Déclarons les esclaves ne pouvoir rien avoir qui ne soit à leurs maîtres, et tout ce qui leur vient par leur industrie ou par la libéralité d'autres personnes ou autrement, à quelque titre que ce soit, être acquis en pleine propriété à leurs maîtres, sans que les enfants des esclaves, leurs pères et mères, leurs parents ou tous autres, libres ou esclaves, y puissent rien prétendre par succession, dispositions entre-vifs ou à cause de mort, lesquelles dispositions nous déclarons nulles, ensemble toutes les promesses et obligations qu'ils auraient faites, comme étant faites par gens incapables de disposer et contracter de leur chef.

ART. XXII. Voulons néanmoins que les maîtres soient tenus de ce que leurs esclaves auront fait par leur commandement, ensemble de ce qu'ils auront géré et négocié dans les boutiques et pour l'espèce particulière de commerce à laquelle leurs maîtres les auront préposés ; et en cas que leurs maîtres n'aient donné aucun ordre et ne les aient pas préposés, ils seront tenus seulement jusqu'à concurrence de ce qui aura tourné à leur profit ; et si rien n'a tourné au profit des maîtres, le pécule desdits esclaves que les maîtres leur auront permis d'avoir, en sera tenu après que leurs maîtres en auront déduit par préférence ce qui pourra leur en être dû, sinon que le pécule consistât, en tout ou partie, en marchandises dont les esclaves auraient permission de faire trafic à part, sur lesquelles leurs maîtres viendront seulement par contribution au sol la livre avec les autres créanciers.

ART. XXIII. Ne pourront les esclaves être pourvus d'office ni de commission ayant quelque fonction publique ; ni être constitués agents pour autres que par leurs maîtres, pour régler et administrer aucun négoce, ni être arbitres ou experts, à moins qu'ils ne soient témoins nécessairement et seulement à défaut de Blancs ; mais dans aucun cas ils ne pourront servir de témoins pour ou contre leurs maîtres.

ART. XXIV. Ne pourront aussi les esclaves être parties ni être en jugement en matière civile, tant en demandant qu'en défendant, ni être parties civiles en matières criminelles, sauf à leur maître d'agir et défendre en matière civile, et de poursuivre en matière criminelle la réparation des outrages et excès qui auront été commis contre leurs esclaves.

ART. XXV. Pourront être esclaves poursuivis criminellement, sans qu'il soit besoin de rendre leurs maîtres parties, si ce n'est en cas de complicité ; et seront les esclaves accusés, jugés en première instance par les juges ordinaires, s'il y en a, et par appel au conseil, sur la même instruction et avec les mêmes formalités que les personnes libres.

ART. XXVI. L'esclave qui aura frappé son maître, sa maîtresse, le mari de sa maîtresse ou leurs enfants, avec contusion ou effusion de sang, ou au visage, sera puni de mort.

ART. XXVII. Et quand aux excès et voies de fait qui seront commis par les esclaves contre les personnes libres, voulons qu'ils soient sévèrement punis, même de mort s'il y échoit.

ART. XXVIII. Les vols qualifiés, même ceux des chevaux, cavales, mulets, bœufs ou vaches, qui auront été faits par les esclaves ou par les affranchis, seront punis de peine afflictive, même de mort si le cas le requiert.

ART. XXIX. Les vols de moutons, chèvres, volailles, grains, fourrages, pois, fèves ou autres légumes et denrées, faits par les esclaves, seront punis selon la qualité du vol, par les juges, qui pourront s'il y échoit, les condamner d'être battus de verges par l'exécuteur de la haute justice, et marqué d'une fleur-de-lys.

ART. XXX. Seront tenus, les maîtres, en cas de vols ou d'autres dommages causés par leurs esclaves, outre la peine corporelle des esclaves, de réparer le tort en leur nom, s'ils n'aiment mieux abandonner l'esclave à celui auquel le tort aura été fait, ce qu'ils seront d'opter dans trois jours, à compter de celui de la condamnation ; autrement ils en seront déchus.

ART. XXXI. L'esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l'aura dénoncé à la justice, aura les oreilles coupées, et sera marqué d'une fleur-de-lys sur une épaule ; et s'il récidive pendant un autre mois, à compter pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé et il sera marqué d'une fleur-de-lys sur l'épaule, et la troisième il sera puni de mort.

ART. XXXII. Voulons que les esclaves qui auront encouru les peines du fouet, de la fleur-de-lys et des oreilles coupées, soient jugés en dernier ressort par les juges ordinaires, et exécutés sans qu'il soit nécessaire que tel jugement soit confirmé par le conseil supérieur, nonobstant le contenu en l'art. XXV des présentes, qui n'aura lieu que pour les jugements portant condamnation de mort ou de jarret coupé.

ART. XXXIII. Les affranchis ou nègres libres qui auront donné retraite dans leurs maisons aux esclaves fugitifs, seront condamnés par corps, envers le maître, en une amende de dix piastres par chacun jour de rétention ; et les autres personnes libres qui leur auront donné pareillement retraite, en trois piastres d'amende aussi pour chacun jour de rétention ; et faute par lesdites nègres, affranchis ou libres, de pouvoir payer l'amende, ils seront réduits à la condition d'esclaves et vendus ; et si le prix de la vente passe l'amende, le surplus sera délivré à l'hôpital.

ART. XXXIV. Permettons à nos sujets dudit pays qui auront des esclaves fugitifs, en quelque lieu que ce soit, d'en faire la recherche par telles personnes et à telles conditions qu'ils jugeront à propos, ou de le faire eux-mêmes, ainsi que bon leur semblera.

ART. XXXV. L'esclave condamné à mort sur la dénonciation de son maître, lequel ne sera pas complice du crime, sera estimé avant l'exécution, par deux des principaux habitants, qui seront nommés d'office par le juge, et le prix de l'estimation en sera payé, pour à quoi satisfaire il sera imposé par les conseils, chacun dans son ressort, ou par les directeurs pour ladite compagnie, sur chaque tête d'esclave, la somme portée par l'estimation, laquelle sera réglée sur chacun desdits nègres, et levée par ceux qui seront commis à cet effet.

ART. XXXVI. Défendons à tous officiers des conseils et autres officiers de justice établis auxdits pays, de prendre aucune taxe dans les procès criminels contre les esclaves, à peine de concussion.

ART. XXXVII. Défendons aussi à tous nos sujets desdits pays, de quelque qualité et condition qu'ils soient, de donner ou faire donner, de leur autorité privée, la question ou torture à leurs esclaves, sous quelque prétexte que ce soit, ni de leur faire ou faire aucune mutilation de membres, à peine de confiscation des esclaves, et d'être procédé contre eux extraordinairement, leur permettons seulement, lorsqu'ils croiront que leurs esclaves l'auront mérité, de les faire enchaîner et battre de verges ou cordes.

ART. XXXVIII. Enjoignons aux officiers de justice dans lesdits pays, de procéder criminellement contre les maîtres et les commandeurs qui auront tué ou mutilé les membres des esclaves étant sous leur puissance ou sous leur direction, et de les punir de mort, selon les circonstances ; et en cas qu'il y ait lieu à l'absolution, leur permettons de renvoyer, tant les maîtres que les commandeurs, absous, sans qu'ils aient besoin d'obtenir de nous des lettres de grâce.

ART. XXXIX. Voulons que les esclaves soient réputés meubles, et comme tels, qu'ils entrent dans la communauté, qu'il n'y ait point de suite par hypothèque sur eux ; qu'ils se partagent également entre les cohéritiers, sans réciput et droit d'aînesse, et qu'ils soient point sujet au douaire coutumier, ou retrait lignager et féodal, aux droits féodaux et seigneuriaux, aux formalités des décrets, ni au retranchement des quatre quints, en cas de disposition à cause de mort ou testamentaires.

ART.XL. N'entendons toutefois priver nos sujets de la faculté de les stipuler propres à leurs personnes et aux leurs, de leur côté et ligne, ainsi qu'il se pratique pour les sommes de deniers et autres choses mobiliaires.

ART. XLI. Les formalités prescrites par nos ordonnances et par la coutume de Paris, pour les saisies des choses mobiliaires, seront observées dans les saisies des esclaves ; voulons que les derniers en provenant soient distribués par ordre des saisies ; en cas de déconfiture, au sol la livre, après que les dettes privilégiées auront été payées, et généralement que la condition des esclaves soit réglée en toutes affaires comme celles des autres choses mobiliaires.

ART. XLII. Voulons néanmoins que le mari, sa femme et leurs enfants impubères, ne puissent être saisis et vendus séparément, s'ils sont sous la puissance d'un même maître ; déclarons nulles les saisies et ventes séparées qui pourraient en être faites, ce que nous voulons aussi avoir lieu dans les ventes volontaire, à peine, contre ceux qui feront lesdites ventes, d'être privés de celui ou de ceux qu'ils auront gardés, qui seront adjugés aux acquéreurs, sans qu'ils soient tenus de faire aucun supplément de prix.

ART. XLIII. Voulons aussi que les esclaves âgés de quatorze ans et au-dessus, jusqu'à souxabte ans, attaché à des fonds ou habitations, et y travaillant actuellement, ne puissent être saisis pour autres dettes que pour ce qui sera dû du prix de leur achat, à moins que lesdits fonds ou habitations fussent saisis réellement ; auquel cas nous enjoignons de les comprendre dans la saisie réelle, et défendons à peine de nullité, de procéder par saisie réelle et adjudication par décrets, sur des fonds ou habitations, sans y comprendre les esclaves de l'âge susdit y travaillant actuellement.

ART. XIIV. Le fermier judiciaire des fonds ou habitations saisies réellement, conjointement avec les esclaves sera tenu de payer le prix de son bail, sans qu'il puisse compter parmi les fruits qu'il perçoit, les enfants qui sont nés des esclaves pendant sondit bail.

ART. XLV. Voulons, nonobstant toutes conventions contraires, que nous déclarons nulles, que lesdits enfants appartiennent à la partie saisie, si les créanciers sont satisfait d'ailleurs, ou à l'adjudicataire, s'il intervient un décret. A cet effet, il sera fait la mention, dans la dernière affiche de l'interposition dudit décret, des enfants nés des esclaves depuis ladite saisie réelle, comme aussi des esclaves décédés depuis ladite saisie réelle, dans laquelle ils étaient compris.

ART. XLVI. Pour éviter aux frais et aux longueurs des procédures, voulons que la distribution du prix entier de l'adjudication conjointe des fonds et prix des esclaves, et de ce qui proviendra du prix des baux judiciaires, soit faite entre les créanciers selon l'ordre de leurs privilèges et hypothèques, sans distinguer ce qui est pour le prix des esclaves, et néanmoins les droits féodaux et seigneuriaux ne seront payé qu'à proportion des fonds.

ART. XLVII. Ne seront reçus les lignagers et les seigneurs féodaux à retirer les fonds décrétés, licités ou vendus volontairement, s'ils ne retirent aussi les esclaves vendus conjointement avec les fonds où ils travaillaient actuellement, ni l'adjudicataire ou l'acquéreur à retenir les esclaves sans les fonds.

ART. XLVIII. Enjoignons aux gardiens, nobles et bourgeois, usufruitiers, amodiateurs et autres, jouissant de fonds auxquels sont attachés des esclaves qui y travaillent, de gouverner lesdits esclaves en bons pères de famille ; au moyen de quoi, ils ne seront pas tenus, après leur administration finie, de rendre le prix de ceux qui seront décédés ou diminués par maladie, vieillesse ou autrement, sans leur faute ; et aussi ils ne pourront retenir, comme fruits à leurs profits, les enfants nés desdits esclaves durant leur administration, lesquels nous voulons être conservés et rendus à ceux qui en sont les maîtres et les propriétaires.

ART. XLIX. Les maîtres âgés de vingt-cinq ans pourront affranchir leurs esclaves par tous entes entre-vifs ou à cause de mort ; et cependant, comme il se peut trouver des maîtres assez mercenaires pour mettre la liberté de leurs esclaves à prix, ce qui porte lesdits esclaves au vol et au brigandage, défendons à toutes personnes, de quelque qualité et condition qu'elles soient, d'affranchir leurs esclaves, sans en avoir obtenu la permission par arrêt du conseil supérieur ou provincial de l'île où ils résideront, laquelle permission sera accordée sans frais, lorsque les motifs qui auront été exposés par les maîtres paraîtront légitimes. Voulons que les affranchissements qui seront faits à l'avenir sans cette permission, soient nuls, et que les affranchis n'en puissent jouir, ni être reconnus pour tels ; ordonnons, au contraire, qu'ils soient tenus, censés et réputés esclaves, que les maîtres en soient privés, et qu'ils soient confisqués au profit de la compagnie des Indes.

ART. L. Voulons néanmoins que les esclaves qui auront été nommés par leurs maîtres tuteurs de leurs enfants, soient tenus et réputés, comme nous les tenons et réputons, pour affranchis.

ART. LI. Déclarons les affranchissements faits dans les formes ci-devant prescrites, tenir lieu de naissance dans nos dites îles, et les affranchis n'avoir besoin de nos lettres de naturalité pour jouir des avantages de nos sujets naturels dans notre royaume, terres et pays de notre obéissance, encore qu'ils soient nés dans les pays étrangers ; déclarons cependant lesdits affranchis, ensemble les nègres libres, incapables de recevoir des Blancs aucune donation entre vifs à cause de mort, ou autrement ; voulons, qu'en cas qu'il leur en soit fait aucune, elle demeure nulle a leur égard, et soit appliquée au profit de l'hôpital le plus prochain.

ART. LII. Commandons aux affranchis de porter un respect singulier à leurs anciens maîtres, à leurs veuves et à leurs enfants, en sorte que l'injure qu'ils leur auront faite soit punie plus gravement que si elle était faite à une autre personne, les déclarons toutefoois francs et quittes envers eux de toutes autres charge, services et droits utiles, que leurs anciens maîtres voudraient prétendre tant sur leurs personnes que sur leurs biens et successions, en qualités de patrons.

ART. LIII. Octroyons aux affranchis les mêmes droits, privilèges et immunités, dont jouissent les personnes nées libres ; voulons que le mérite d'une liberté acquise produise sur eux, tant pour leurs personnes que pour leurs biens, les mêmes effets que le bonheur de la liberté naturelle cause à nos sujets, le tout cependant aux exceptions portées par l'art LI des présents.

ART. LIV. Déclarons les confiscations et les amendes qui n'ont pas de destination particulière par ces présentes, appartenir à ladite compagnie des Indes, pour être payées à ceux qui sont préposés à la recette de ses droits et revenus ; voulons néanmoins que la déduction soit faite du tiers desdites confiscation et amendes, au profit de l'hôpital du lieu le plus proche où elles auront été adjugées. Si donnons en mandement à nos amés et fléaux les gens tenant nos conseils supérieure de l'île de Bourbon, et provincial de l'île de France, que ces présentes ils aient à faire lire, publier et enregistrer, et le contenu en icelles garder et observer, selon leur forme et teneur, nonobstant tous édits, déclarations, arrêts, règlements et usages à ce contraires, auxquels nous avons dérogé et dérogeons par cesdites présentes : car tel est notre plaisir ; et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous y avons fait mettre notre scel.

Donné à Versailles, au mois de décembre, l'an de grâce 1723 et de notre règne le 9 Signé Louis ; signé Phelypeaux. île Bourbon, le 18 septembre 1724.




Le don de soi (d’après un fait divers)


C’était dans le don total de soi qu’elle se régénérait. Une transfiguration qui l’éveillait aux autres, un sentiment empathique mêlant commisération et dévouement.

Ce n’était pourtant que de l’égocentrisme. Elle aimait séduire pour qu’on l’aime, et c’était si facile avec ceux qui lui paraissaient inférieurs, intellectuellement et physiquement.

En revanche, elle craignait ceux qui pouvaient rivaliser avec elle ; elle avait peur de ne pas être à leur niveau. Elle refusait de courir le risque d’être contestée, mal jugée, rejetée.

Une forme de paresse qui lui venait de son enfance où tout lui avait semblé si facile qu’elle n’avait pas besoin de s’imposer. Ses parents répétaient qu’elle était belle et intelligente. Ils auraient tant souhaité qu’elle en fût persuadée, puisque c’était la réalité. Mais dès l’adolescence, les moqueries des garçons qu’elle intimidait, les rivalités entre filles, la firent douter de sa légitimité à paraître telle qu’elle était. Qui n’a pas cru trouver des défauts physiques désespérants, quand il s’observe dans un miroir ? Qui n’a pas retenu ses mots, par peur d’être incompréhensible ?

Éprouvant contraste entre la façon dont elle croyait que les autres la voyaient, et l’idée qu’elle se faisait d’elle-même. Comment contester l’opinion défavorable que certains avaient d’elle, alors que ces critiques ne se construisaient que sur l’amertume, la jalousie, l’ignorance ou une mésentente ?

Ses professeurs ne supportaient pas d’être contredits Ils s’ingéniaient à l’humilier pour la rabaisser. Ses camarades cherchaient la moindre faille pour la caricaturer et la faire douter. Un monde cruel qui la fit se replier sur elle-même.

Elle comprit que, contre ses alter ego, elle devrait se battre, et ce n’était pas dans sa nature. Elle aurait voulu que la simple vérité fût admise naturellement et qu’on ne lui en refuse pas le crédit.

Alors, elle nouait des amitiés et des amours qui ne mettaient pas ses rares défauts en lumière.

À l’adolescence, une crise mystique lui avait fait paraître le recueillement et la prière comme une solution. Religieuse dévouée au service de malades, atteints gravement, dans des dispensaires au fin fond de l’Afrique. Être mariée à Jésus, avoir l’alliance à l’annulaire, elle enviait une amie qui avait sauté le pas. Et puis, elle avait vu un film dans lequel les religieuses, après un certain nombre d’années, avaient le cœur aussi sec qu’une noix. Le rejet des plaisirs de la vie les avait rendues aigries et intolérantes, envieuses du destin de femme, de mère, qu’elles s’étaient refusé.

La foi l’avait abandonné, mais elle avait gardé le besoin de se consacrer aux autres, les faibles, les désespérés, les démunis, les misérables.

Elle accomplit des études de médecine, avec le projet de rejoindre un de ces organismes dits non gouvernementaux.

Sa demande avait été rejetée, elle n’avait pas les moyens financiers pour subvenir à ses besoins pendant les missions qui lui seraient confiées. L’organisme en question ne pouvait pas prendre à sa charge son voyage et son entretien.

Fallait-il donc être riche pour pouvoir manifester sa générosité ?


Elle orienta sa vocation, somme toute, amoureuse de son prochain, en faisant don de sa personne à ceux qui se consumaient pour elle. Et quand ses soupirants n’avaient vraiment rien pour inspirer l’amour, elle se sentait grandie par l’abandon généreux qu’elle leur offrait.

Elle avait cru que le summum du don de soi serait de pouvoir sauver un criminel. Elle le visitait chaque semaine dans la prison. Son amour serait assez fort pour l’amener à la rédemption.

Ils envisageaient de se marier dès qu’il serait libre.

Dix ans plus tard, elle l’attendait devant la porte de la prison. Elle l’emmena chez elle et lui servit le repas qu’elle avait délicatement préparé.

Il l’assassina après avoir trop bu.



Au Japon

  

Quand on visite le Japon, on ne peut manquer d’être étonné par les codes qui régissent le comportement de ses habitants.

Un Français sera surpris de voir les files de personnes attendant patiemment un train, un taxi ou un bus. Nul besoin de barrières pour canaliser la foule. Chacun prend son tour en respectant une distance convenable avec la personne qui le précède. Jamais de bousculade, de tentative pour passer avant les autres.

La propreté règne partout, le moindre morceau de papier sur un trottoir est une injure. On ne fume pas dans les rues. Les personnes enrhumées portent un masque sur le visage afin de ne pas contaminer les autres.

Les écoliers et les lycéens sont disciplinés, on les sent respectueux dans leur uniforme. La morale individuelle et collective est enseignée dans les écoles et dans toute entreprise ou administration ; elle fonde la vie de la famille comme celle de la société moderne.

Que cela serait agréable dans notre France. Ne rêvons pas, cette attitude résulte de siècles d’éducation et d’acceptation. Même si demain, en France, ces codes étaient de règle en famille, dans les établissements scolaires et en entreprise, notre esprit frondeur et individualiste saurait, malheureusement, les dévoyer.


Cependant, le niveau d’interaction entre les individus est plus complexe qu’il n’apparaît au premier abord. Traditionnellement, qu’on soit chez soi, à l’école, avec son entourage, ou avec des personnes extérieures, le niveau d’interaction est lié au niveau de proximité hiérarchique. Bien que cela ne soit pas aussi figé de nos jours, ce système de groupe fonctionne encore sur le modèle dedans/dehors (uchi-soto, mot japonais utilisé pour distinguer les différents groupes sociaux : uchi, « dedans », soto, « dehors »).

Le concept de base est de distinguer les uns et les autres en groupes proches et en groupes extérieurs. Lorsqu’on parle à un membre d’un groupe extérieur, on doit l’honorer et le membre du groupe interne se devra donc de rester humble. Ainsi, un employé peut occuper un poste important pour sa propre compagnie, mais de moindre importance par rapport à une société cliente. La vendeuse (uchi) dans un magasin manifestera un profond respect pour la cliente (soto) qui restera, en revanche, indifférente à cette marque de déférence. Nous sommes loin de nos Services publics français où l’on a plutôt l’impression que ce sont les administrés qui sont au service des employés des Administrations.

Si la société japonaise est aujourd’hui une des plus sûres du monde, elle le doit d’une part à son système familial et d’autre part à son système éducatif. Malgré trois types d’écriture très complexes, le Japon a le plus haut taux d’alphabétisation du monde.

Quant aux femmes japonaises, il leur est encore aujourd’hui difficile de concilier vie professionnelle et vie familiale. Mais cela n’est-il pas vrai également dans notre pays ?

Comme on le voit, existe-t-il une société moderne idéale ?


Les classements


Alors que l’Éducation nationale s’interroge sur l’utilité des notations scolaires, il n’y a jamais eu autant d’engouement du public pour les manifestations de tous ordres proclamant, à grand renfort de médias, quel est le meilleur de ceci ou de cela.

Il y avait déjà les abondants prix littéraires, 2000 en France ; ce qui fait de notre pays le premier au monde pour le nombre de distinctions attribuées chaque année, devant le Japon. Les jurys nous imposent leur conception du meilleur roman, projetant aux étoiles et à la fortune, tel titre qui correspond à des critères nébuleux ; abandonnant aux lecteurs avisés le soin de réparer des injustices et de donner aux ouvrages écartés, l’audience qu’ils méritent.

Il y avait déjà les festivals de cinéma. Là aussi, le jury choisit, dans une liste prédéterminée, le meilleur film, le meilleur acteur, actrice, costumière, compositeur, éclairagiste, etc. Dans les annales, comme pour la littérature, seul un film reçoit la toison d’or. Avec la prééminence d’un président de jury, différent chaque année, voulant marquer son passage par un choix insolite. On a vu, par exemple, un réalisateur de films d’action porter aux nues un film d’auteur impénétrable pour montrer qu’il pouvait apprécier autre chose que ce qu’il était capable de faire.

Et depuis, diable ! La télévision nous bombarde de classements dans n’importe quel domaine. Passons sur les Molières, les Césars, les Victoires, comme si une actrice, un metteur en scène, et tout autre participant aux spectacles pouvait être bien supérieur à tel autre. Maintenant, nous avons droit au meilleur cuisinier, pâtissier, apprenti chanteur, dragueur. La télé-réalité, cette fiente mi-reportage de bas étages, mi-aventure exhibitionniste, a ses nombreux adeptes voyeurs. Et ne parlons pas des jeux, les plus débiles qui soient, qui semblent organisés pour permettre à des animateurs cabots, fascinés par les caméras, de faire leur numéro.

Alors, à quand, la personne la plus laide, la plus conne, le pétomane le plus tonitruant. Toujours plus loin dans la flétrissure, puisque le public en redemande.

Et pourtant, il y a des distinctions attribuées, non pas par classement entre plusieurs candidats, mais pour la valeur intrinsèque d’un produit. Il serait bon de s’inspirer des médailles attribuées, par exemple, au vin. Si un vin le mérite, au concours de Mâcon, de Bordeaux, d’Avignon ou d’ailleurs, il se voit attribuer une médaille d’or, d’argent ou de bronze. On peut déplorer qu’il y en ait beaucoup, certes, mais au moins, chacun garde ses chances d’être apprécié pour sa valeur.





Les polars


Un éditeur m’avait conseillé, pour être publié, de m’en tenir aux polars et aux thrillers. C’est ce qui se vend, avait-il précisé, en ajoutant qu’il fallait au moins 400 pages afin que l’acheteur ait la conviction d’en avoir pour son argent.

Les romans policiers et à suspense, les thrillers, souvent traduits de l’américain, du suédois ou du javanais, selon les modes du moment, occupent les rayons des libraires sans autre intérêt que de permettre de forts profits.

Films sanglants, films gores, thrillers, séries policières, émissions sur des crimes bien réels et autres délicatesses du même genre, tout le monde s’y met, cinéma, télévision, littérature.

Et effectivement, qui n’a pas eu envie, dans le confort de son canapé ou d’un fauteuil de cinéma, d’éprouver quelques sensations fortes, comme lecteur ou comme spectateur ?

Cette attirance, pour la violence chez les autres, provoque un état d’anxiété, qui peut paraître passager, mais qui crée à la longue un sentiment d’insécurité. Car les peurs sans fondement, générées par ces fictions, se cristallisent au vu des drames, des catastrophes, des meurtres, des attentats, des guerres, de la misère, des épidémies, du chômage, toutes informations insoutenables mais bien réelles diffusées complaisamment par nos médias.

Ce sentiment d’insécurité vient occuper l’esprit de façon permanente. Même si l’on n’a aucune raison de se sentir en danger, la nécessité de se protéger s’installe.

Le véritable danger, alors, serait de croire trouver, dans certaines promesses électorales, la solution à ses angoisses.

Le véritable danger serait d’accepter d’échanger nos libertés individuelles contre une protection illusoire qui ne conduirait qu’à transformer des citoyens libres en petits robots à la pensée figée.






À lire ou à relire


Chasseur de noirs

Daniel Vaxelaire


1740, en l'île Bourbon, colonie française. Depuis la prison où il est enfermé, un homme encore jeune, Guillaume Brancher, se souvient.
Il a traversé peu d'ans mais beaucoup d'aventures. Les chemins de la vie, la pression des autres et, peut-être, une sorte de démon qui somnolait en lui l'ont mené à pratiquer le plus atroce des métiers : chasseur d'hommes. Maintenant, il a des remords, mais n'est-il pas trop tard ? Sa rédemption doit-elle passer par le sacrifice suprême, le tueur rejoignant ses victimes ? Ce roman vrai s'inspire de nombreux textes d'archives et restitue un des épisodes les plus poignants de l'histoire de La Réunion.
Il est aussi un message d'espoir - au-delà de la violence instituée, les bonnes volontés peuvent se rejoindre…

Chasseur de noirs est le premier roman de Daniel Vaxelaire. Publié en 1982, il est devenu un classique de la littérature historique de l'océan Indien.



L’horreur religieuse

Joseph Macé-Scaron


Fanatisme, obscurantisme, intégrisme, il n’est pas une journée sans qu’il soit question de religion. Nos chers experts nous avaient promis « la mort de Dieu », mais voici qu’aujourd’hui les croyances poussent nos portes et s’invitent chez nous.

Pas un domaine n’échappe à leurs interdits, à leur pulsion de mort et à leur haine de la raison. Car la religion a beau se présenter sous les masques les plus divers, elle demeure un totalitarisme primitif, une entreprise fondée sur la peur, le mensonge et la déshumanisation de l’Homme.

Montrer que nous pouvons encore choisir de ne pas revenir dans cette longue nuit historique et retrouver le chemin des lumières ; montrer que nous pouvons vivre sans avoir besoin de s’accrocher à un « ami imaginaire » quel que soit le nom qu’on lui donne ; montrer qu’un monde sans religion n’est pas seulement souhaitable, mais nécessaire pour vivre libre et en paix ; tel est le pari de ce livre.



Journal littéraire

Paul Léautaud, fin d’un mythe

Auteur d’un seul roman (Le petit ami), Léautaud écrivait:

« J’écris comme j’écris, comme j’ai toujours écrit, pour moi, avec mes sentiments, mes idées, sur ce qui m’occupe, m’intéresse, m’est heureux ou m’est pénible. Je suis tout entier dans ce que j’écris, je rapporte tout à moi. Il faut me prendre comme je suis ou me laisser»

« Je ne suis pas, comme écrivain, un créateur. Je puis être un esprit original. Je puis même avoir une personnalité d’un certain relief. Je n’ai rien créé, je n’ai rien inventé. Je suis un rapporteur de propos, de circonstances, un esprit critique, qui juge, apprécie, extrêmement réaliste, auquel il est difficile d’en faire accroire. Rien de plus. Je peux ajouter : le mérite d’écrire avec chaleur, spontanément, sans travail, prompt et net, - et quelque esprit»

« La plupart des écrivains sont des compilateurs ou des inventeurs de sujets romanesques. Combien tirent leurs écrits d’eux-mêmes, de leur vie intérieure, de leur observation de la vie et des gens»

Ses dernières paroles avant de mourir, le 22 février 1956, ont été : « Maintenant, foutez-moi la paix. »



Georges Brassens, Pierre Perret ont parlé, avec une certaine tendresse dans leurs chansons, de l’esprit libertaire de cet homme intransigeant qui aimait les bêtes.

Alors, lire le Journal littéraire de Paul Léautaud, c'est l’espoir de sourire à la malice, aux indiscrétions. Mais plus qu’une galerie de portraits très superficiels de Valéry, Apollinaire, Giraudoux, Sacha Guitry, Colette etc. ou l’observation minutieuse d’une société, c’est plutôt le quotidien même de son auteur qui nous est ici décrit. Il y apparaît certes avec sa liberté de penser, mais il expose surtout son égocentrisme forcené, son racisme, sa misanthropie, son intolérance.


Quelques citations.


Pour être heureux en amour, il faut être un imbécile. Journal littéraire (1968)

Je n'ai rien vu de grand dans la vie que la cruauté et la bêtise. Journal littéraire (1968)

J'écris sur l'amour, et j'ai passé la moitié de ma vie à être privé de le faire ! Propos d'un jour (1947)

Dans la vie, ce qui compte uniquement, c'est de n'être pas médiocre. Propos d'un jour (1947)

Pour bien écrire, sans pédantisme, le sûr instinct de la langue vaut mieux que la connaissance. Propos d'un jour (1947)

Rien ne vaut rien, ni l'amour, ni l'amitié, ni le travail, ni aucun plaisir : Tout est médiocre, passager ! (1945)

Chacun a son adorée, chacun la trouve la plus belle, chacun débite sa romance, chacun est persuadé d'avoir en elle un objet sans pareil pour le plaisir, chacun voit l'éternité dans son amour. Le sage, lui, se dit qu'il est certes agréable d'aimer, également d'être aimé ou de croire l'être, mais que si ce n'eût été celle-ci et par celle-ci, c'eût été celle-là et par celle-là, qu'il n'y a donc pas lieu de s'échauffer, d'attester les cieux et les enfers, d'exagérer son bonheur ou son malheur, mais de jouir de la musique tant qu'elle joue et tant qu'on peut jouer.  

Je ne donne jamais un centime aux pauvres, le spectacle des gens écrasés m'est indifférent, les gens qui pleurent aux enterrements me semblent très laids, et quand ma chère bien-aimée est malade, je vais me promener. Mais mon chat est le maître chez moi, mes fenêtres sont pleines de pain pour les oiseaux, je pars chaque matin avec des provisions de pain que je distribue à tous les moineaux de ma route, je donne du sucre aux chevaux de fiacre dont la misère finira par m'empêcher de sortir, j'achète de la viande aux chiens perdus que je rencontre, et si je m'écoutais, et si je le pouvais, ma maison serait pleine de bêtes, au lieu que j'y sois seul. Que de cochers de fiacres j'ai dans mes relations, pour bavarder de temps en temps avec eux, et que de bonnes bêtes, dans mon quartier, qui me connaissent.


Quoique, quoique ! Sentant ses forces diminuer, et devant se retirer, quelques mois plus tard, dans une maison de retraite, il trouve normal de noyer sa guenon « la Guénette » dans le bassin du jardin, parce qu’il craignait qu’elle soit malheureuse sans lui. Il l’avait dans sa chambre à coucher depuis de nombreuses années (!).

« Ce matin, téléphone de Marie  Dormoy me demandant si j’ai fait le nécessaire après du vétérinaire Duhamel, de Malakoff, pour la suppression de ma guenon, d’où doit résulter une transformation sanitaire de ma chambre à coucher. En quoi cela peut-il l’intéresser ? Je lui réponds que je viens de supprimer moi-même la malheureuse bête par noyade » Journal littéraire (28 juin 1955)

« A 11 heures, téléphone de Marie Dormoy qui veut savoir comment je vais. Me reparle de la suppression de la guenon. Ne revient encore pas que j’aie fait cela moi-même. Je lui répète mes raisons : toutes les complications à aller chez le vétérinaire. Elle répète qu’elle n’aurait jamais pensé que j’aurais fait l’affaire moi-même. Je lui réponds qu’il fallait en terminer. Au fond, pas gai. Comme la guenon s’est débattue ! » Journal littéraire (6 juillet 1955)


Paul Léautaud aura traversé le siècle uniquement préoccupé de lui même. Insensible aux malheurs de ses proches, indifférent aux tragédies des deux guerres. Il croit se justifier en disant aimer les bêtes, sans doute parce qu’il pouvait les dominer. On l’aura jugé avec la mise à mort de sa guenon.

Alors, si vous tenez à en savoir plus, inutile de lire les 18 volumes du journal. Outre que ce monumental ouvrage devient introuvable, l’édition chez Gallimard Folio, d’un choix de 1312 pages est largement suffisant pour mesurer la petitesse de l’homme et en finir avec les éloges basés sur des apparences.



Le chercheur d’or

Jean Marie Gustave Le Clezio


Roman d’un voyage, inachevé, car inachevable, d’un homme à la recherche de soi.

Le parcours d’Alexis, narrateur et personnage principal, est jalonné de tempêtes et de désastres, de pertes et fracas.

L’histoire, racontée à la première personne, commence par une enfance un peu sauvageonne, un peu édénique, un peu robinsonne, dans la maison familiale, isolée dans l’arrière campagne de Rivière-Noire, à Maurice, non loin d’un mystérieux Mananava, lieu mythique du héros marron Sakalava, qui hante les rêves d’aventures d’Alexis et de sa sœur Laure, pays du rêve nourri par les récits de Denis, le petit camarade créole d’Alexis. Mais très vite les éléments et les hommes vont se déchaîner.

Le premier naufrage, celui de son père, est financier, tout l’argent, tous les biens de la famille sombrant peu à peu dans des opérations ratées, et finissant dans les mains rapaces d’un oncle qui n’hésite pas à spolier son frère pour accroître ses propriétés cannières.

Le deuxième est celui de la maison, à moitié démolie par un cyclone qui la dévaste.

Le troisième est celui de la famille, qui échoue dans une habitation de misère, à Curepipe, loin dans les terres.

Le quatrième, après la mort du père, est celui d’Alexis, contraint travailler dans un bureau triste de l’entreprise prospère de son oncle, pour nourrir pauvrement sa mère et sa sœur.

Le cinquième est celui de Laure, la sœur d’Alexis, lorsque leur complicité, leur amour exclusif, est rompue par le brusque projet de départ d’Alexis. De plus en plus atteint par une fièvre de l’or qu’alimentent les cartes et documents laissés par son père, relatifs à l’île où serait caché le fabuleux trésor d’un des célèbres pirates de l’Océan Indien, Alexis part pour Rodrigues.

Il y aura bien d’autres naufrages, à Rodrigues, à Maurice, en France dans les tranchées de la première boucherie du vingtième siècle, puis à nouveau à Rodrigues, dans la vallée de l’Anse aux Anglais.

Alors que les héros des romans traditionnels cherchaient une réussite d'ordre matériel (cf. Balzac ou Stendhal), ceux de Le Clézio cherchent plutôt une fusion entre l'être et le monde, dans la tradition de la philosophie orientale, du Tao, du Shinto ou du Zen. Ainsi, la dernière phrase du Chercheur d'Or : "Il fait nuit à présent, j'entends jusqu'au fond de moi le bruit vivant de la mer qui arrive."

Il faut lire, dans son sillage, Le Voyage à Rodrigues, du même J.M.G Le Clezio..



Marie ou l’esclavage aux Etats-Unis

Gustave de Beaumont


La vie de Marie bascule le jour où elle découvre qu’elle a du sang noir dans les veines. Son mariage avec un jeune Français compromis, elle apprend à ses dépens que l’intégration dans une société ne tient qu’à une goutte de sang.

Mêmes origines familiales, mêmes études, mêmes métiers, mêmes convictions politiques, Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville furent deux amis que seule la mort sépara. De leur voyage de dix mois aux États-Unis, les deux hommes reviennent chacun avec de grands projets littéraires et intellectuels. Tocqueville publie De la démocratie en Amérique, Beaumont publie Marie ou l’Esclavage aux États-Unis. Les deux livres paraissent en 1835. Mais là où Tocqueville embrasse l’ensemble de l’Amérique dans une grande analyse, Beaumont livre un roman de critique sociale qui dénonce un crime alors répandu : l’esclavagisme.

Mélodrame sentimental et analyse d’une démocratie aux contradictions violentes, Marie ou l’Esclavage aux États-Unis obtint un grand succès lors de sa parution, mais ni sa grandeur intellectuelle, ni sa perspicacité ne furent alors reconnues.

Cette nouvelle édition, aux Forges de Vulcain, est assortie d’une préface et d’une postface d’une universitaire française spécialiste de la question noire aux États-Unis, Laurence Cossu-Beaumont, qui montre l’importance et la justesse de ce roman.



Le mythe de Sisyphe

Albert Camus


Dans cet essai, Albert Camus traite du rapport entre l’absurde et le suicide. L’homme, ayant pris conscience que son désir de bonheur et de raison se heurte à un monde sourd et indifférent, jugera-t-il que sa vie ne mérite pas d’être vécue ?

Mais si l’absurde des efforts de Sisyphe est évident pour chacun, l’homme est-il assez conscient de son propre sort pour l’accepter jusqu’à la fin de ses jours.

Sa révolte, pour parvenir à une liberté totale, sera-t-elle suffisante ? Sa seule certitude, c’est de mourir pour être délivré de ses objectifs. La vie se résumerait-elle à courir vers ce but ? L’homme ne peut se rassurer qu’en oubliant sa mort et en vivant sous les oeillères de ses passions, malgré la précarité de ce qui l’entoure. L’homme absurde deviendrait-il sage ? Sinon, comment accepterait-il une vie de labeur et de joies éphémères, les malheurs qui le frappent, sa déchéance physique et celle de ses amours.

Et Camus conclut : « Le travail de Sisyphe qui méprise les dieux, aime la vie et hait la mort, figure la condition humaine. La lutte vers les sommets porte sa récompense en elle-même. Il faut imaginer Sisyphe heureux. »



Vendredi ou les Limbes du Pacifique

Michel Tournier


Michel Tournier s’inspire du roman de Daniel Defoe, Robinson Crusoé. L’île déserte symbolise les Limbes dans leur sens religieux. Pour la religion catholique, ce sont des lieux de béatification, aux marges de l’enfer, accueillant les justes dans l’attente de la rédemption de Jésus. Le Coran parle des Limbes comme de l’antichambre du paradis. Selon le poids respectif des bonnes et des mauvaises actions commises, et selon le degré de repentance de chacun, le jour du jugement dernier, la destination finale sera le paradis ou l’enfer.

L’île déserte est donc le lieu où Robinson, comme dans les Limbes, devra son salut à ses possibilités de se transcender. Une métamorphose rendue possible par l’absence de tout autre être humain. Robinson, se retrouvant seul dans un monde sauvage, évoluera par lui-même, sans être influencé par autrui.

Il s’efforce de survivre et de remplir le vide de son existence. Peu à peu, son état mental et physique évolue. Dans un premier temps, rejetant cette île inhospitalière, qu’il nomme « île de la désolation », il se réfugie dans l’espoir de l’arrivée d’un navire. Puis, découragé, il régresse psychiquement au point de désirer retrouver la protection du ventre maternel, couché dans la position du fœtus dans un trou boueux,  Cette pause, véritable retour sur soi, lui fait prendre conscience qu’il lui faut réagir pour ne pas sombrer dans la folie.

N’attendant plus rien de la mer, il reporte ses espoirs de survie sur les ressources de l’île, la renommant l’île de l’Espérance (Speranza). Acceptant désormais sa solitude, il s’enfonce dans le centre de l’île.

Il y recrée un semblant de vie civilisée, établissant des règles et des codes, construisant une maison, cultivant un lopin de terre, allant jusqu’à satisfaire ses pulsions sexuelles en se fondant dans la végétation.

L’arrivée de Vendredi sur l’île va être l’occasion, pour Robinson, de franchir une nouvelle étape dans son évolution. Il réapprend à vivre avec autrui. Difficilement d’abord, Vendredi n’est pas considéré comme un humain à part entière. Puis, Robinson comprend la nécessité de respecter sa différence. Il parvient enfin à une conception naturelle de la vie, débarrassée de toute considération sociale et métaphysique. Une vérité qui devient le fondement de son existence.

L’arrivée d’un navire, plus vraiment souhaité, va remettre en question sa nouvelle vie.

Vendredi, attiré par la perspective d’une existence plus confortable, choisit de partir ; tandis que Robinson reste sur l’île pour ne pas retrouver un monde qui lui est désormais étranger.



Si c’est un homme

Primo Levi


Le titre de l’ouvrage de Primo Levi est celui du poème cité en exergue :

Vous qui vivez en toute quiétude

Bien au chaud dans vos maisons

Vous qui trouvez le soir en rentrant

La table mise et des visages amis

Considérez si c’est un homme

Que celui qui peine dans la boue,

Qui ne connaît pas de repos,

Qui se bat pour un quignon de pain,

Qui meurt pour un oui pour un non.

Considérez si c’est une femme

Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux

Et jusqu’à la force de se souvenir,

Les yeux vides et le sein froid

Comme une grenouille en hiver.

N’oubliez pas que cela fut,

Non, ne l’oubliez pas :

Gravez ces mots dans votre cœur.

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant ;

Répétez-les à vos enfants.

Ou que votre maison s’écroule ;

Que la maladie vous accable,

Que vos enfants se détournent de vous.


Primo Levi raconte sa vie dans le Lager, le camp de concentration, avec une acuité d’analyse bouleversante. Les prisonniers, privés de tous leurs effets personnels, perdent le sentiment d’appartenir à une société civilisée. Ils se fondent dans une foule anonyme. Leur vie d’homme est niée. Ils n’ont plus d’identité, ne sont que des numéros, oubliant leur passé, incapables d’une vision d’avenir. Ce qui importe pour eux, désormais, c’est leur survie, à la recherche d’un peu plus de nourriture, réduisant leur vie affective et mentale de manière animale. Certains perdent leurs valeurs morales. Pour prétendre à une dignité d’homme, il faut se retrouver dans des gestes de fraternité et de probité. Or, tout altruisme disparaît dans l’enfer du camp de concentration, où chacun vit pour soi et peut être amené à s’emparer d’un privilège pour survivre, avec pour conséquence d’entretenir le système concentrationnaire. Les bourreaux, eux-mêmes, sont déshumanisés. C’est la perte de la condition humaine quand l’insensibilité, la souffrance et la mort sont banalisées. Primo Levi nous appelle à la vigilance : « n’oubliez pas que cela fut ».



Mendiants et orgueilleux

Albert Cossery


Dans les rues du Caire, durant les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, quelques personnages tentent de survivre. Gohar, philosophe, professeur d'université convaincu de l’inanité de l’enseignement universitaire, devient mendiant, va vivre parmi les pauvres et fait l'éloge de la paresse.  Il consacre la majeure partie de son temps à boire du thé et à fumer du haschisch dans des cafés ou dans une maison close en compagnie de deux hommes qui ont trouvé en lui un maître à penser. Un jour, ignorant ce qui le pousse à commettre ce geste, il étrangle une prostituée.

Nour el-Din, officier de police homosexuel, est très vite saisi par le doute à mesure que progresse son enquête, au point d’abandonner son métier et de vivre selon la philosophie de Gohar « je n'ai rien, je ne veux rien, je suis libre. »              

 Editions Joelle Losfeld


Albert Cossery est né au Caire en 1913. Son premier ouvrage, Les Hommes oubliés de Dieu, est traduit en 1940 en trois langues, entre autres aux États-Unis grâce à Henry Miller. Il s’établit à Paris en 1945 dans un hôtel à l'intersection de la rue de Seine et de la rue de Buci, le mythique Hôtel La Louisiane, où l'ont précédé Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, et toute la faune artistique et intellectuelle de l'époque qui louaient des chambres à l'année.

Il était l’ami d’Albert Camus, Giacometti, Raymond Queneau.

Nonchalant et un brin paresseux, il n’est l'auteur, en cinquante ans, que de sept romans et un recueil de nouvelles. En 1990, lors de la réédition de Mendiants et orgueilleux, il avait obtenu le grand prix de la Francophonie pour l'ensemble de son œuvre.

Jusqu’à sa mort en 2008, on pouvait le voir, habillé élégamment, au Flore, Chez Lipp, Place Saint-Sulpice ou au jardin du Luxembourg.

Il était surnommé le « Voltaire du Nil » pour sa moquerie des notables ; il avait plus de déférence pour les humbles et les marginaux. Il faisait l'éloge d'une forme de paresse et de sobriété peu courante dans notre société contemporaine.




La lettre écarlate

de Nathaniel Hawthorne


La lettre écarlate, c'était la marque au fer rouge appliquée à la femme adultère dans l'Amérique de l'époque coloniale.


Hester supporte avec dignité son inconduite.

En revanche, Arthur Dimmesdale, jeune pasteur aux élans mystiques, admiré par ses fidèles, ne parvient ni à avouer sa faute ni à accepter sa culpabilité.

Le mari, Chillingworth, oppresse en silence le pasteur jusqu'à la folie et la mort.

Dans l’Amérique puritaine, partagée entre la culpabilité et la tentation du scandale, ce livre souligne la complexité de la relation de ses habitants avec la religion.

Henry James considérait « La lettre écarlate » comme le plus beau roman de la littérature américaine.

Nathaniel Hawthorne (1804-1864) est célèbre pour ses récits décrivant la société américaine à ses débuts. Publié en 1850, le livre connut le succès dès sa sortie.







Lectures recommandées


L’amie prodigieuse, Elena Ferrante

Le génie du mensonge, François Noudelmann

Mozart assassiné, René Fallet

La controverse de Valladolid, Jean-Claude Carrière

L'art d'avoir toujours raison, Arthur Schopenhauer

L’ordre libertaire de Michel Onfray

La peur de Gabriel Chevallier

Le confort intellectuel de Marcel Aymé

Derniers messages de Stefan Zweig

L’heure du roi de Boris Khazanov

L’Europe buissonnière d’Antoine Blondin

Les grands cimetières sous la lune de Georges Bernanos

Les Îles de la Miséricorde d’Henri Queffélec